Le variant Delta ou variant indien, représente aujourd’hui 20% des cas dépistés en France. Il devient progressivement dominant. Selon des données britanniques, il est plus contagieux et pourrait entraîner des symptômes comme des maux de tête ou le nez qui coule.

Le variant Delta poursuit sa progression en France. La semaine dernière, les autorités sanitaires estimaient qu’il représentait 9 à 10% des nouveaux cas de Covid-19, soit deux fois moins qu’aujourd’hui.

Vaccination et traçage du variant

« On peut y échapper » a rassuré Olivier Véran, ministre de la Santé, en parlant du nouveau variant Delta, notamment grâce à la vaccination et à un traçage méticuleux de ce variant. Après une stagnation, on observe maintenant une légère hausse de nombre de vaccination, mais l’effort doit se poursuivre, si nous voulons atteindre l’immunité suffisante pour que le virus arrête de circuler. Les études montrent que ce virus Delta, bien que plus contagieux, est très vulnérable face aux vaccins, surtout à Arn messager. Aujourd’hui, 32% de la population française a reçu les deux doses protectrices.

Il s’agit aussi de mieux tracer ce variant. Depuis mi-juin, une nouvelle méthode de criblage est utilisée pour repérer le variant dans les tests PCR positifs. Et la consigne des autorités sanitaires est que l’intégralité des tests en bénéficient. Mais, moins de la moitié des tests positifs font l’objet d’un criblage. C’est insuffisant. Car, le défi de la rentrée est d’éviter une nouvelle flambée épidémique.