Selon Santé publique France, 26 % des foyers de Covid-19 signalés en métropole et dans les Dom-Tom sont apparus dans les entreprises, hors établissements de santé. Le rôle du médecin du travail, pourtant essentiel, est rarement évoqué. L’Académie de médecine demande que leur rôle soit renforcé.

Les risques de contamination en milieu de travail suscitent de nombreuses discussions sur les mesures de prévention à prendre suivant la taille et la nature des locaux, la ventilation, les conditions de travail, la distanciation entre les salariés, etc. Le rôle respectif des chefs d’entreprise, du comité social et économique (CSE) et de l’inspection du travail est largement débattu, mais celui du médecin du travail, pourtant essentiel, est rarement évoqué.

Pourtant, le rôle du médecin du travail est fondamental dans ce contexte pandémique : protéger les personnes les plus vulnérables par son action clinique et réduire la circulation virale par son action technique.

Vis-à-vis des salariés à risque de forme grave de Covid-19, il peut optimiser l’aptitude au poste de travail des travailleurs suivant leur état de santé, en préconisant des aménagements, des restrictions temporaires, l’octroi de matériels spécifiques, le port obligatoire du masque sur certains postes, voire le maintien à domicile, selon les recommandations de la Société française de médecine du travail. Depuis mars 2020, les situations à risque ayant été identifiées et répertoriées par les services de médecine du travail, ces informations, potentialisées par l’outil informatique, permettraient une réactivité accrue en cas de 2e vague pandémique, pour mettre en sécurité les salariés « vulnérables », à commencer par ceux qui se rendent quotidiennement au travail par les transports en commun.

D’autre part, dans le cadre de son activité clinique, il peut prendre en charge les salariés potentiellement contagieux vis-à-vis de leurs collègues et du public par un renvoi immédiat à leur domicile, un contact avec le médecin traitant et la prescription d’un dépistage par RT-PCR. 

Enfin, en lien avec l’agence régionale de santé, il est un acteur de premier plan dans l’investigation d’un foyer en milieu professionnel, pour la recherche des personnes contact et la conduite des enquêtes épidémiologiques.

Il effectue également les visites de reprise adaptées au contexte Covid-19, souvent par téléconsultation.

L’Académie nationale de médecine recommande que le rôle du médecin du travail, prévu par la loi du 11 octobre 1946, soit renforcé dans le cadre de la prévention de la Covid-19, notamment en vue de conseiller le chef d’entreprise pour l’identification des postes de travail exposant aux risques de contamination par le SARS-CoV-2, d’adapter les mesures déjà recommandées lors de la sortie du confinement en matière par exemple de déploiement, des mesures de distanciation entre salariés, notamment dans les véhicules de fonction, et l’optimisation du télétravail, pour la délimitation pragmatique des zones nécessitant le port systématique du masque, pour l’accessibilité au lavage des mains ou au gel hydro-alcoolique en tous lieux, pour le nettoyage régulier du poste de travail, des parties communes et des objets manipulés, pour le renforcement des mesures existantes telles que l’interdiction de boire, manger ou fumer sur les lieux de travail, et le strict respect de la démarcation entre les vêtements de travail et les vêtements personnels, pour un retour immédiat au domicile dès l’émergence de signes évocateurs de Covid-19 et, en cas de positivité du test RT-PCR, la recherche des contacts au sein de l’entreprise.