C’est l’histoire simple et contemporaine de deux femmes qui s’aiment et qui se quittent. Et, on y croit de la première à la dernière minute. « Une histoire d’amour », d’Alexis Michalik rempile et cartonne de nouveau à la Scala (Paris).

Katia et Justine, s’aiment, puis la vie va contrarier ce qui aurait pu devenir un conte de fées. Dans sa dernière mise en scène, Alexis Michalik, 37 ans, déjà bardé de récompenses, nous livre une création toute simple, menée à un rythme effréné et où le spectateur tantôt ri, tantôt pleure.

Dans « Une histoire d’amour », Alexis Michalik tranche avec ses précédentes créations foisonnantes et historiques : Le porteur d’histoire, Le cercle des illusionnistes, Edmond…

Ici, l’on parle de sentiment, la joie d’être amoureux, la douleur d’être quitté, des thèmes universels qui font mouche. La mise en scène est dépouillée, les changements de décors se font à vue avec une précision chorégraphiée.

En mettant en lumière, un couple lesbien, le metteur en scène parle de son époque. Les comédiennes (dont une très jeune), lumineuses dans un jeu sobre et sincère, nous ressemblent et nous touchent.

Et à la fin, le public debout, masqué, en sort tout chaviré.

Une histoire d’amour, La Scala, (Paris).