La tuberculose, toujours d'actualité

Le nombre de cas de tuberculose est en augmentation à Paris, après vingt ans de baisse. Plusieurs foyers infectieux ont été relevés également dans des lycées en France.

Le nombre de cas de tuberculose est en augmentation à Paris, d’après la dernière étude du Bulletin épidémiologique hebdomadaire. Les chercheurs alertent les autorités sanitaires sur ces chiffres, qui repartent à la hausse après une baisse régulière les années précédentes.

Plusieurs foyers infectieux en France

En 2016, la Cellule tuberculose du Clat 75 a traité 376 notifications/signalements de cas de tuberculose à Paris, parmi lesquels 372 cas de tuberculose à Mycobacterium tuberculosis et 4 cas dus à une mycobactérie atypique. Cela représente une augmentation de 15 % de l’incidence de la tuberculose par rapport à 2015.
Cette tendance s’est confirmée en 2017 (403 cas). Les sept arrondissements de l’est de Paris sont les plus touchés en nombre de cas et en incidence. Cette augmentation est majoritairement due au nombre de cas de tuberculose chez des personnes originaires d’Afrique subsaharienne, principalement des hommes jeunes, récemment arrivés en France et vivant, pour une partie d’entre eux, dans des conditions précaires.
Un foyer infectieux a été relevé en avril dans un lycée du le Val-de-Marne et aussi en Seine-et-Marne où un protocole de dépistage a été mis en place dans le lycée Jacques-Amyot à Melun.

La tuberculose est une infection provoquée par une bactérie appelée bacille de Koch. elle se transmet par l’air, la toux et les éternuements ou encore la salive, ce qui en fait une maladie hautement contagieuse. Les premiers symptômes de la tuberculose surviennent quelques jours ou plusieurs mois après la contamination. Elle se manifeste surtout par une toux accompagnée de crachats, des difficultés à respirer, de la fièvre, des maux de tête, des douleurs thoraciques, un manque d’appétit et une perte de poids. Certains patients présentent en outre des sueurs nocturnes et des douleurs articulaires, notamment au niveau de la colonne vertébrale.