La rédaction de Viva l’avait souvent interviewé, suivi dans les couloirs de sa consultation Baudelaire, soutenu dans son combat en faveur des plus démunis. Jacques Lebas, le médecin des «pauvres», est décédé.

Jacques Lebas avait été l’un des fondateurs de Médecins du monde. A ce titre, il allait travailler dans de nombreuses régions du monde et en particulier au Tchad, en pleine guerre civile. Très vite, il comprend que la misère n’est pas seulement au bout du monde mais aussi, ici, en bas de chez nous. Dans les années 1980, Médecins du monde et l’association Aides nouent un partenariat. Ils vont unir leurs forces pour se lancer dans la longue bataille contre le sida et pour la reconnaissance du droit des malades, qui va changer la physionomie des relations médecins-patients et débouchera sur la loi de 2002 sur le droit des patients. Jacques Lebas va aussi se lancer sur un autre front, l’accès aux soins des personnes démunies. Il crée, au sein de l’hôpital Saint-Antoine à Paris, la consultation Baudelaire, premier service à accueillir les sans domicile fixe dans un hôpital public. La consultation donnera naissance aux Permanences d’accès aux soins (Pass) qui vont se développer un un peu partout en France. Sous leur impulsion, la Cmu (couverture médicale universelle) et l’Ame (Aide médicale d’Etat) vont être mises en place.