Si les troubles de la vision concernent tout le monde, certains touchent plus spécifiquement les plus de 50 ans. Viva vous aide à faire le point. 

LA DMLA 

La dégénérescence maculaire liée à l’âge est la première cause de cécité chez les plus de 50 ans. La Dmla est causée par le vieillissement d’une zone de la rétine, la macula. Elle entraîne une perte de la vision centrale avec l’apparition d’un « scotome », tache noire qui se projette sur l’objet regardé. Le risque d’atteinte bilatérale est important. 

Les facteurs de risque. 

L’âge, la génétique, l’obésité, le tabagisme et l’exposition excessive à la lumière bleue. Un traitement au laser ou certains médicaments stabilisent les lésions, mais ne restaurent pas la vision perdue. Il faut donc traiter le plus tôt possible. 

Quand s’inquiéter ? 

Si en ouvrant l’un de vos yeux, vous avez l’impression que les lignes droites se déforment ou qu’une tache noire apparaît, consultez sans attendre. 

LA PRESBYTIE 

Elle apparaît dès 45 ans et se stabilise vers 65 ans. Avec l’âge, le cristallin, petite lentille située derrière la pupille, perd son élasticité et sa capacité à accommoder. L’oeil ne parvient plus à restituer une image nette et à voir de près. La presbytie se compense facilement par des verres correcteurs.

LA CATARACTE

Elle touche une majorité des plus de 65 ans. Elle est due au vieillissement qui entraîne l’opacification du cristallin. Un diabète mal contrôlé, la cortisone, une forte myopie, un glaucome ou un décollement de la rétine augmentent le risque de cataracte. Généralement, cette baisse de la vision se produit sur plusieurs années. Tout changement de la qualité de la vision doit inciter à consulter. Le traitement au laser fonctionne bien.

LE GLAUCOME 

Le glaucome est une atteinte du nerf optique qui provoque une baisse irrémédiable du champ de vision, d’abord périphérique. La personne peut devenir aveugle si elle n’est pas traitée. Le plus souvent, le glaucome est dû à l’élévation de la pression intraoculaire. D’autres causes sont possibles : hérédité, mauvais apport sanguin vers le nerf optique, traumatisme, diabète, hypertension, troubles cardiovasculaires, hypothyroïdie non contrôlée ou prise de corticostéroïdes. Les traitements (collyres, laser ou chirurgie) varient en fonction de la nature du glaucome. Ils ne permettent pas de retrouver la partie du champ visuel qui a été perdue, mais retardent la progression de la maladie.

PRÉVENTION 

Même en l’absence de symptômes, il est recommandé d’effectuer un examen ophtalmologique tous les deux ans, entre 45 et 55 ans, puis tous les ans après 55 ans.