Le 1er septembre 2019 signe la fin du régime de sécurité sociale des étudiants, avec l’arrêt de gestion de l’assurance maladie obligatoire par les mutuelles étudiantes. A cette date, tous les étudiants qui étaient restés affiliés provisoirement pour l’année 2018-2019 à une mutuelle étudiante rejoindront automatiquement et gratuitement le régime général de l’Assurance Maladie. Cette mesure supprime également la cotisation à la sécurité sociale étudiante qui était de 217 euros par an.

1. Pour les étudiants restés affiliés pour l’année 2018-2019 à une mutuelle étudiante

A compter du 1er septembre 2019, les étudiants qui étaient affiliés à une mutuelle étudiante basculeront automatiquement et gratuitement au régime général et seront rattachés à la caisse d’assurance maladie (CPAM) de leur lieu de résidence. Ils recevront, courant septembre, un courriel de leur CPAM pour leur présenter leurs nouveaux contacts et les services proposés.

2. Pour les bacheliers qui commencent leurs études

Depuis la rentrée 2018, tout étudiant débutant ses études supérieures continue d’être affilié gratuitement à son régime de protection sociale actuel, le plus souvent celui de l’un de ses parents (régime général, régime agricole ou autres régimes spéciaux). Il n’a aucune démarche particulière à effectuer, ses droits sont déjà ouverts.

3. Pour les étudiants étrangers

Depuis la rentrée 2018, les étudiants étrangers qui viennent pour la première fois en France et s‘inscrivent dans un établissement d’enseignement supérieur doivent s’affilier à l’Assurance Maladie. Cette démarche, à réaliser sur le site etudiant-etranger.ameli.fr, est unique et ne sera pas à renouveler s’ils poursuivent leurs études en France plusieurs années universitaires.

Des « bons réflexes » à adopter pour une prise en charge de qualité

Tout étudiant, pour bénéficier d’une prise en charge optimale de ses frais de santé, doit adopter les bons réflexes de l’assuré, et notamment :

  • Créer un compte ameli sur le site ameli.fr ou sur l’appli ameli, puis vérifier que toutes ses informations sont à jour, et notamment :
  • Son relevé d’identité bancaire (RIB) personnel pour obtenir ses remboursements : si celui-ci n’est pas à jour, il peut le modifier en ligne. Si il n’y a pas de RIB inscrit, il doit l’envoyer par courrier à sa caisse d’assurance maladie ;
  • Une adresse postale toujours d’actualité.
  • Déclarer son médecin traitant ;
  • Mettre à jour régulièrement sa carte Vitale dans les bornes installées dans toutes les CPAM, en pharmacie et dans certains établissements de santé.
  • Ouvrir son Dossier Médical Partagé (DMP).