Navigation article

Audition-vision

Dépister les pathologies de l'œil

La dégénérescence maculaire liée à l'âge (Dmla) et les pathologies de l'œil sont mal connues du grand public. Du 25 au 29 juin, les Journées de la macula sont l'occasion, pour les personnes à risque, de se faire dépister.

En France, un million de personnes sont atteintes par une forme plus ou moins sévère de la dégénérescence maculaire liée à l'âge (Dmla). Elle est la première cause de malvoyance, chez les personnes âgées de plus de 50 ans. Une personne sur 4 après 75 ans et 1 personne sur 2 à partir de 80 ans seraient concernées par la Dmla, d'après les chiffres de la Société française d’ophtalmologie (Sfo). La Dmla est une maladie qui touche la macula, c’est-à-dire le centre de la rétine situé à l’arrière de l’œil, responsable de la vision des détails, de la lecture…

Dépistage gratuit

Durant les Journées nationales de la macula qui ont lieu du 25 au 29 juin, les personnes à risque pourront se faire dépister gratuitement auprès de différents ophtalmologistes participant à l’opération. Le dépistage permettra de proposer au plus tôt un traitement adapté à toute pathologie éventuellement détectée.

Qui est concerné ?

Le dépistage de la Dmla et de la maculopathie diabétique s’adresse aux personnes ayant des facteurs de risques comme le tabagisme, les antécédents familiaux ou le diabète, mais aussi aux personnes de plus de 50 ans ne présentant aucun signe de maladie. La lumière bleue surtout, celle provenant des écrans et des nouveaux éclairages de type led est un facteur de risque peu connu.

Les signes de la maladie

Les tous premiers signes d’une Dmla sont assez ténus : une vision un peu trouble, un manque de contraste, des lettres qui se chevauchent, le besoin d’avoir plus de lumière pour lire… Il faut consulter au plus vite un ophtalmologiste, car ces signes peuvent être confondus avec d'autres pathologies. 

Quelle est la marche à suivre si une pathologie est décelée ?

Si une pathologie est décelée, les ophtalmologistes programmeront avec le patient un examen plus approfondi afin de valider ou non le diagnostic initial. Ils pourront poser toutes les questions sur les spécificités des maladies maculaires.

Vos réactions

Dans la même rubrique

Santé

En direct de notre blog

Bien-être

Alimentation

Vive l'olive

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction