De plus en plus de personnes renoncent à des soins. L’assurance-maladie a mis au point une structure destinée à repérer ces assurés et à leur apporter l’aide la mieux adaptée. Le dispositif vient d’être étendu à l’ensemble du pays.

La Cpam des Alpes-de-Haute-Provence a fait partie de la dernière vague de mise en place de la plateforme d’intervention départementale pour l’accès aux soins et à la santé (Pfidass). Avant de la rendre opérationnelle, la Cpam a pris soin, en amont, d’établir un diagnostic de « non-recours aux soins » sur son territoire. C’est ainsi que, du 2 mai au 18 juin 2018, un questionnaire sur le sujet a été proposé aux assurés sociaux qui se rendaient aux accueils de la Cpam (Digne et Manosque), et aussi à ceux de partenaires tels que la Caf, les Ccas, les maisons de services au public (Msap), les missions locales… « Il s’agissait pour nous d’estimer l’ampleur de ce phénomène dans notre département et de nous situer au niveau national », commente Aurélie Preux, directrice adjointe de la Cpam des Alpes-de- Haute-Provence. Bien sûr, les assurés qui ont répondu étaient volontaires. Des 1 107 questionnaires recueillis (70 % par la Cpam, 30 % par les partenaires), 33,8 % mentionnent des renoncements aux soins, soit 374 familles.

Une aide à la carte

« Nous sommes conscients que le taux de renoncement n’est pas réellement à ce niveau, puisque l’étude a été faite uniquement auprès des personnes qui se rendent dans les accueils, mais notre département enregistre quand même un taux très élevé, proche du taux record, 34 % pour la ville de Paris », ajoute Aurélie Preux. Et, sans surprise, l’étude a mis en évidence que les personnes qui ont une mutuelle (y compris la Cmu) sont celles qui ne renoncent que peu ou pas à se soigner. Le succès de la Pfidass a conduit la Cpam à recruter une nouvelle conseillère dédiée au dispositif. La Cpam s’attache aussi à remobiliser l’ensemble des partenaires sollicités pour repérer ces assurés en situation de renoncement aux soins. « Notre rôle est d’aller au-devant de personnes qui méconnaissent leurs droits, de leur proposer une aide à la carte, sachant que notre engagement sera finalisé, et notre action aboutie dès lors que chaque personne concernée aura accès aux soins nécessaires à sa ou ses pathologies », conclut la directrice adjointe de la Cpam.

Paule Bourrat.

* Pfidass, 3, rue Alphonse Richard,

04000 Digne-les-Bains.

Pfidass.cpam-digne@assurancemaladie.fr

Tél : 04 92 30 25 86

A noter : la Cpam des Hautes-Alpes

dispose aussi de sa Pfidass :

pfidass.cpam-gap@assurancemaladie.fr