Les soignants ne décolèrent pas. Plusieurs syndicats et collectifs hospitaliers ont appelé à une nouvelle journée d’action nationale destinée à obtenir plus de moyens pour l’hôpital et les soignants. Les Mutuelles de France soutiennent cette action qui a lieu mardi 30 juin.

Il manque toujours des moyens à l’hôpital et les soignants continuent à être mobilisés pour défendre ce service public qui a été au front toute la crise sanitaire que nous venons de vivre. Après la manifestation du 16 juin qui a rassemblé quelques 180 000 personnes dans toute la France, selon le Collectif Inter-hôpitaux, la journée de mobilisation du 30 juin reprend les mêmes revendications : plus de moyens pour l’hôpital public et les soignants.

Les attentes des soignants pour l’hôpital

Les syndicats réclament une « revalorisation générale des salaires » d’au moins 300 euros net par mois pour le personnel hospitalier, mais aussi un « plan de recrutement », un « plan de formation » et « l’arrêt de toutes les fermetures d’établissements, de services et de lits ».

Vendredi, un projet de protocole d’accord a été remis aux syndicats, prévoyant « une revalorisation socle à compter du 1er juillet », via une « bonification indiciaire » pour l’ensemble des agents de la fonction publique hospitalière — hors médecins, qui font l’objet d’une négociation parallèle.

Mais aucune enveloppe n’a été mise sur la table par l’exécutif, au grand dam des syndicats mobilisés dans le cadre du « Ségur de la santé », qui réclament depuis plusieurs semaines un chiffrage des mesures salariales promises par le gouvernement.

Une nouvelle réunion consacrée aux carrières et rémunérations est prévue mercredi au ministère de la Santé. Cette rencontre devrait se tenir en présence du ministre de la Santé Olivier Véran, selon plusieurs syndicats, qui espèrent y obtenir des précisions d’ordre budgétaire.

La Fédération des mutuelles de France (Fmf) soutient cette nouvelle mobilisation pour « défendre ce bien commun » qu’est l’hôpital public.
« L’épidémie de la Covid-19 a mis en évidence tout ce que les personnels hospitaliers dénonçaient bien avant la crise : sous-financement de l’hôpital, manque de moyens humains et financiers, faible reconnaissance des missions de service public… ».
Ce soutien, complète la fédération, s’inscrit logiquement à la suite des propositions publiées par la Fmf pour renforcer l’hôpital public :
• Le renforcement du service public hospitalier pour garantir l’accès à des soins de qualité pour toutes et tous et partout sur le territoire.
• L’amélioration de la coordination entre l’hôpital et la médecine de ville pour garantir le premier recours et assurer un maillage sanitaire de haut niveau.
• Le renouvellement de la gouvernance sanitaire qui traduise enfin la diversité des acteurs de la santé publique et permettent une meilleure cohérence territoriale et sanitaire.