La Journée mondiale des solitudes le 23 janvier est l’occasion de rappeler qu’environ 10% de la population se trouve en situation de solitude ou d’isolement relationnel. Et, contre toute attente, les jeunes de 15 à 30 ans sont très touchés.

Pour lutter contre la solitude, une Journée particulière est organisée le 23 janvier. Plusieurs actions sont organisées par les associations dans toute la France.

Des jeunes qui se sentent seuls

Pour cette troisième édition, l’association Astrée a choisi de mettre en avant la solitude chez les jeunes. Chez les 16 à 24 ans, le sentiment d’être souvent ou très souvent seul est très élevé. D’après l’enquête de l’association Astrée réalisée dans de nombreux collèges, 43 % des collégiens connaissent la solitude (au moins parfois) ; 13,5 % des collégiens se sentent souvent ou toujours seuls soit près de 450 000 adolescents ; 83 % des collégiens assimilent la solitude à un sentiment d’exclusion et 44 % des collégiens se tournent d’abord vers « un ami » (avant un adulte) pour faire face à la solitude.

La solitude, des répercutions sur la santé

La solitude, l’isolement social, peuvent engendrer des problèmes de santé tant physiques que mentaux. Une étude publiée en octobre 2018 dans la revue American Journal of Epidemiology démontre que la solitude augmente le risque cardiaque et la mortalité toutes causes confondues chez tous les individus.

Aujourd’hui, 5,5 millions de Français vivent en grande solitude, quels que soient l’âge et les catégories sociales.

Renseignements sur les manifestations partout en France sur le site : Astrée