La santé autrement…

En France, nous disposons d’un arsenal thérapeutique (vaccinations, hôpitaux, médicaments) garantissant la haute qualité des soins. Mais, pour améliorer le bien-être des patients, des thérapies complémentaires sont maintenant souvent proposées. L’Organisation mondiale de la santé (Oms) a jugé les médecines alternatives et complémentaires (Mac) dignes d’intérêt,à tel point qu’elle a lancé, en 2014, un deuxième plan stratégique (jusqu’en 2023) pour en assurer le développement.En prévention, elles permettraient d’éviter ou de retarder l’apparition de certaines maladies. En soutien, elles peuventêtre une aide considérable à la guérison ou pour prévenir les rechutes. A l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, une soixantaine de praticiens les utilisent dans des services aussi divers quela néonatalogie, l’oncologie, la chirurgie, la psychiatrie et les soins palliatifs. L’AP-HP a même ouvert un centrede médecine traditionnelle chinoise à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Bien sûr, ces thérapies douces ne « marchent »pas à tous les coups, mais les médicaments non plus. Les chemins de la guérison sont complexes, multiples et peut-être impénétrables. Ces pratiques sont à rajouter à toutes les techniques qui permettent de se sentir mieux, d’avoir une meilleure hygiène de vie et donc une meilleure santé. Il serait dommage de s’en priver… Alors, si vous profitiez de l’été pour les découvrir ? Yoga, l’art de la posture C’est quoi ?Originaire de l’Inde, cette discipline millénaire repose sur la pratique de postures, les « asanas », et de contre-postures qui visent à retrouver un bon alignement du corps. Elles permettent aussi de libérer les sept « chakras », carrefours de l’énergie qui circule dans le corps via des canaux appelés « méridiens » (utilisés aussi en acupuncture). Dans le yoga, une grande place est donnée aux exercices respiratoires, le « pranayama ». Car c’est le souffle et le lâcher-prise qui permettent de progresser. Le souffle fait circuler l’énergie dans toutes les parties du corps et calme le mental. Corps, respiration, esprit… Ce sont les trois dimensions du yoga, mot qui signifie « union » en sanskrit. Pour qui ?Pour tous, jusque tard dans la vie. Pour quoi ?Pour lutter contre les douleurs dorsales, pour améliorer la souplesse et l’équilibre, et aussi pour accompagner les traitementsdes maladies auto-immunes ou inflammatoires, en relançant une énergie souvent défaillante. Le yoga permet également de gérer le stress, les états anxieux et la dépression. Les postures de torsion assurent un drainage des organes digestifs. Les postures inversées, qui ramènent le sang à la tête, favorisent la circulation sanguine. Où pratiquer ?Aujourd’hui, des cours de yoga sont donnés partout. Professeurs individuels, centres de yoga dédiés, dans des salles de gymou encore dans les stations thermales. Le yoga est aussi plébiscité par les associations de patients (diabète, cancer…) et développé dans de nombreux hôpitaux, en particulier dans les services de psychiatrie ou d’oncologie.Il existe presque autant de yogas que de professeurs… Fiez-vous au bouche-à-oreille et testez plusieurs cours pour trouver l’enseignement qui vous correspond.La forme la plus connue est le « hatha yoga », un yoga traditionnel idéal pour les débutants ou les personnes d’un certain âge.ffhy.ff-hatha-yoga.com Les

...

Ce contenu est réservé aux abonnés ou aux adhérents de la mutuelle.
Vous pouvez trouver le code d'accès dans l'édition papier de Viva Magazine, en bas de la page I du cahier central. Aperçu magazine


Veuillez vous identifier pour afficher l'article.

Connexion pour les abonnés ou les adhérents