En France, on estime que 154 000 personnes sont porteuses d’une hépatite B et 70 000 personnes d’une hépatite C chronique, sans le savoir. Pourtant, des traitement efficaces existent et permettent même de guérir du virus de l’hépatite C.

La Journée des hépatites, le 25 septembre est l’occasion de lancer des messages de prévention et d’information auprès du grand public. Car ces maladies souvent silencieuses sont diagnostiquées tardivement.

Souvent, les hépatites ne provoquent aucun symptôme pendant plusieurs années et progressent en silence jusqu’à la survenue de graves problèmes hépatiques ou de cancers. Les plus meurtrières sont les hépatites de type B et C qui sont à l’origine de près de 96 % des décès, principalement par cancer du foie ou par cirrhose.

Hépatite C : des traitements existent

L’hépatite C concerne encore 230 000 personnes en France. Les traitements actuels permettent de guérir plus de 95% des patients atteints avec l’élimination définitive du virus. A condition bien sûr de savoir que l’on est porteur de la maladie, car elle est le plus souvent sans symptômes.

L’Afef (Association Française pour l’Etude du Foie) et Sos Hépatites lancent un message positif car se faire dépister va de pair avec l’annonce qu’on va guérir.

Les autres hépatites

L’hépatite A est due à un virus très répandu, que l’on attrape en consommant de l’eau ou des aliments le contenant. il existe un vaccin contre l’hépatite A. (Ce vaccin est recommandé dans certains pays).

L’hépatite B, se transmet principalement lors des relations sexuelles et par le contact avec du sang contaminé. En France, la prévalence chez les 18-75 ans a été estimée à 0,30% soit 135 000 personnes atteintes.

Il existe aussi un vaccin contre l’hépatite B. Il faudrait atteindre une couverture vaccinale de 95% pour lutter contre l’hépatite virale B.

Pour l’hépatite C, il n’existe pas encore de vaccin.

L’agent de l’hépatite D est un virus incomplet qui ne touche que les personnes atteintes d’hépatite B chronique.

Le virus de l’hépatite E est transmis principalement par de l’eau de boisson contaminée. Il donne généralement lieu à une infection qui régresse spontanément en 4 à 6 semaines.

Hépatites dans le monde

Les hépatites virales B et C touchent 325 millions de personnes dans le monde, causant 1,4 million de décès par an. L’hépatite B représente un défi mondial pour la santé publique, d’échelle comparable à la tuberculose, au Vih et au paludisme. Plus de 257 millions de personnes à travers le monde présentent une infection chronique par le Vhb, et près de 900 000 personnes sont décédées de cette maladie en 2017.

Référence :
Salomon J. Éditorial.
La France mobilisée dans la lutte contre les hépatites virales.
Bull Epidémiol Hebd. 2019;(24-25):468-9.