Les résultats dans le suivi des diabétiques et des asthmatiques, dans le cadre du service Sophia, sont significatifs pour les premiers et enrourageants pour les seconds, d’après les résultats de l’Assurance maladie.

L’impact du service Sophia sur le suivi des diabétiques (lancé en dans 9 départements en 2008, élargie à tout le territoire en 2013) et des asthmatiques (lancé en 2014) est plutôt positif, d’après les résultats de l’Assurance maladie. Rappelons qu’il s’agit d’un service gratuit d’accompagnement à distance (courrier, emails, web et appel téléphonique), et où l’on encourage le patient (qui doit être volontaire pour suivre le programme) à modifier ses habitudes de vie (activité physique, tabagisme, alimentation).

Suivi des diabétiques

Le service Sophia de l’Assurance maladie pour accompagner les patients diabétiques afin de prévenir les complications donne des résultats « significatifs » en matière de santé publique et de réduction des dépenses. L’étude d’évaluation médicale (impact sur la survenue des complications) et économique (dépenses de soins), dans laquelle les premiers adhérents de 2008 ont été suivis pendant huit ans, démontre « que le service contribue à une amélioration de leur santé ». Même pour les malades ayant une observance moins rigoureuse de leur traitement. 

À partir de la sixième année après l’adhésion, le service Sophia permet d’atténuer le recours  à l’hôpitalisation liée au diabète et à ses complications ou liée à un événement cardiovasculaire majeur. Moins de décès ont été observés chez les adhérents.

Moins de dépenses : chez les adhérents au système, les dépenses augmentent moins par rapport à la population témoin, à compter de la septième année d’intervention. Cete baisse est surtout due aux moindre dépenses d’hospitalisation. « Ce programme à visée de prévention permet de réaliser des économies dès la septième année chez les patients diabétiques », déclare l’Assurance maladie.

Suivi des asthmatiques

Sophia, a ensuite été déployé aux patients asthmatiques en 2014 pour améliorer l’observance médicamenteuse à long terme, et généralisé en 2018. D’après l’Assurance maladie, les débuts sont encourageants et contribue à une amélioration du suivi médical. L’Assurance maladie compte bien le pérenniser, en ciblant encore mieux ses actions de recrutement et d’accompagnement.

D’après une enquête récente (2018) de satisfaction auprès des adhérents diabétiques, 9 sur 10 recommanderaient à un proche le service Sophia qui les aide à comprendre, à réaliser les examens prescrits et à prendre leurs médicaments. La même enquête auprès des patients asthmatiques montre que 76%, après un an d’expérimentation, se sentent encouragés à faire évoluer leurs habitudes, et que 69% considèrent ce service comme un soutien.

La suite :  l’Assurance maladie prévoit d’informer, fin 2019, le médecin traitant du système avec un slogan : « Je propose à mon patient d’être accompagné ». À terme, cet accompagnement pourrait être étendu à la prévention du diabète, et à celle de l’obésité infantile.

Sophia en chiffres

220 infirmiers-conseillers en santé
873 000 adhérents fin 2017, toutes pathologies confondues 
791 663 adhérents diabétiques
71 960 adhérents asthmatiques.