Ils s’appellent Novavax, CureVac, Valneva et sont les derniers nés de la famille des vaccins anti-covid. Ils s’apprêtent à rejoindre les quatre sérums déjà autorisés en Europe. Sans parler des biotechs françaises qui préparent l’avenir, avec des approches innovantes.

Les prochains vaccins disponibles sur le marché s’appuieront sur différentes techniques déjà existantes de l’Arn messager ou de la protéine recombinante. Dans le panier des nouveaux arrivés : un petit Français.

Qui sont-ils ?

On attend le nouveau vaccin Novavax sur le marché européen. Il s’appuie sur la même technique que le vaccin contre le papillomavirus ou l’hépatite B, c’est-à-dire qu’il s’appuie sur une protéine. Il nécessitera deux doses. D’après les derniers essais de phase 3, il est très efficace et protège à 90%. Quant à CureVac, le sixième, de nationalité allemande, sera autorisé en juin prochain. Il s’appuie, comme ceux de Pfizer/BioNTech et Moderna, sur l’Arn messager et bénéficiera des mêmes qualités et deux doses. Puis, cocorico, viendra un vaccin français : le VLA2001 de Valneva, reposant sur la technique classique du virus inactivé, inventé par Pasteur. Il nécessitera deux injections. Petit hic : le Royaume-Uni ayant financé les essais, il sera produit et livré dans un premier temps… outre-Manche !

Et après ?

la recherche mise aussi sur les vaccins de seconde génération. Mais, ce n’est pas pour tout de suite. Le plus avancé semble CoVepiT, développé par Ose Immunotherapeutics, biotech nantaise et actuellement en phase 1. « Il pourrait être administré en une dose en booster sur des personnes déjà vaccinées, afin d’élargir leurs défenses contre les variants, et sur une population immunodéprimée ou présentant des comorbidités », explique le directeur général de la société. CoVepiT devrait entrer en phases 2 et 3 en septembre prochain, avec une mise sur le marché espérée en 2022. Cette même année, on devrait voir arriver Osivax, mis au point par une biotech franco-belge installée à Lyon, dans le Rhône, et en Belgique. Dans les projets également, des vaccins unidose, mais pour 2023.