Le 2 septembre, des millions d’enfants et d’adolescents ont repris le chemin de l’école. Une rentrée particulière placée sous le signe de la pandémie de Covid-19.

Quelque 12,4 millions d’élèves et 866 500 enseignants ont fait leur 2021, alors que le variant Delta, très contagieux, circule beaucoup et que « le taux d’incidence chez les 0-19 ans est cinq fois supérieur à celui de la rentrée 2020 », rappellent les autorités sanitaires.

En Martinique, Guadeloupe, a Saint-Barthélémy et dans une partie de la Guyane, la rentrée est repoussée au 13 septembre.

Rentrée sereine ?

Le ministère de l’Éducation nationale place cette rentrée en niveau 2 pour l’ensemble de la France métropolitaine, de l’école primaire au lycée, sur une échelle qui en compte 4. Certes, le taux de vaccination est satisfaisant : 62 % des 12-17 ans ont reçu au moins une dose, 43,7 % sont déjà complètement vaccinés. Mais les regards se portent sur les plus jeunes, qui n’ont pas reçu d’injection. Chez les 0-9 ans, le taux de positivité a augmenté par rapport à l’an dernier, passant de 3,7 % à 11,8 %, malgré le doublement du nombre de tests réalisés.

Les enfants sont presque autant touchés que les adultes, mais ils développent peu de formes graves de covid-19.

Le protocole sanitaire

Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a bien insisté : « Il n’y aura pas de pass sanitaire à l’école », mais un protocole sanitaire encadré. En voici les principaux points :

  • Aération renforcée, lavage des mains, port du masque obligatoire à l’intérieur dès l’école élémentaire (pour les personnels comme pour les élèves), limitation obligatoire du brassage par niveau, désinfection des surfaces les plus touchées plusieurs fois par jour et des tables du réfectoire après chaque service.
  • Activités physiques et sportives : elles sont autorisées à l’extérieur et à l’intérieur. A l’intérieur, absence de sports de contact et distanciation adaptée en fonction de la pratique sportive. Distanciation de deux mètres préconisée en règle générale.
  • En cas de contamination d’un élève : fermeture de la classe et poursuite de l’apprentissage à distance dans les écoles. Dans les collèges et lycées : les élèves cas contact à risque sans vaccination complète passent en apprentissage à distance pendant sept jours tandis que les élèves cas contacts à risque justifiant d’une vaccination complète peuvent poursuivre les cours en présentiel. 

« Des centres de vaccinations mobiles à proximité des établissements scolaires seront installés pour les volontaires de plus de 12 ans. »

Ministère de l’Education nationale.

La ventilation, une solution coûteuse

Le Conseil scientifique l’a rappelé à maintes reprises : outre les gestes barrière, l’aération régulière des locaux et la vaccination, et face à l’importance de la transmission par aérosols en lieux clos, il serait indispensable de généraliser les capteurs de CO2 et les purificateurs d’air.

Jean-Michel Blanquer assure vouloir les « généraliser », y compris en aidant les collectivités qui souhaitent s’équiper rapidement car toutes ne peuvent se permettre de telles dépenses en ce début d’année scolaire.

Beaucoup de municipalités ont déjà pris les devants comme à Cannes (Alpes-maritimes) ou Villedieu-sur-Indre (Indre).

Toutes les mesures sur le site du ministère.