Navigation article

Éthique

Bioéthique : les Français pour une libéralisation des pratiques

Un sondage de l’Ifop pour la Croix et le Forum européen de bioéthique montre une évolution majeure des Français sur les questions de procréation et de fin de vie. Favorable à une révision de la législation en la matière, l’opinion publique française souscrit – consciemment ou non – à un individualisme sans entraves.

Un sondage de l’Ifop pour la Croix et le Forum européen de bioéthique montre une évolution majeure des Français sur les questions de procréation et de fin de vie. 

C’est une photographie de la société française, à quelques jours du lancement des états généraux de la bioéthique, le 18 janvier, par le président du Comité consultatif national d’éthique (Ccne),  Jean-François Delfraissy, et alors que le gouvernement entend réviser les lois de bioéthique à la fin de l’année.

Le sondage révèle une opinion publique en apparence très favorable à un changement de la législation sur ces sujets, laissant apparaître un libéralisme assumé en la matière. La grande majorité des Français souhaiteraient ainsi une nouvelle loi sur la fin de vie, et seule une minorité resterait complètement hostile à la gestation pour autrui (Gpa). De même, 60 % plaideraient en faveur de l’extension de la procréation médicalement assistée (Pma)… contre 24 % en 1990.

Vos réactions

Dans la même rubrique

Société

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction