Navigation article

Vaccination

Vaccination, compteurs Linky, la Cour des comptes émet ses critiques

Dans son rapport annuel, la Cour des comptes demande au gouvernement une politique vaccinale plus ambitieuse et critique le fonctionnement des compteurs Linky.

Comme chaque année, la Cour des comptes passe au crible les différentes politiques publiques françaises. Dans son dernier rapport, les sages de la rue de Cambon critiquent sévèrement la vaccination et le fonctionnement des compteurs Linky.

Vaccination : la France peut mieux faire

Bien que les sages saluent la nouvelle politique vaccinale qui passe de trois vaccins obligatoires à onze, ils soulignent combien la coexistence de vaccins dits « obligatoires » et d'autres dits « recommandés », est difficile à comprendre pour les parents, vu l'atmosphère de défiance qui règne actuellement en France.

Autres points noirs : la vaccination des professionnels de santé qui reste faible surtout contre la grippe. Faudrait-il obliger ces derniers à se faire vacciner, suggère la Cour ? Le ministère de la Santé n'y est guère favorable. D'autre part, il faudrait revoir les mécanismes d'incitation en direction des médecins, pour la vaccination contre la grippe des patients de plus de 65 ans et ceux qui sont en affection de longue durée (Ald), car les résultats en la matière sont « très décevants ». Autre point négligé par le gouvernement, le calendrier vaccinal électronique, qui généralisé, serait très utile pour étudier la couverture vaccinale, et pour lequel les professionnels de santé sont très peu impliqués.

Les sages sont par ailleurs très favorables à l'ouverture de la vaccination aux autres professionnels de santé : infirmiers, pharmaciens... 

Ils souhaiteraient également que l'école joue un rôle prépondérant dans la politique vaccinale comme elle le fait en Grande-Bretagne : « Le rôle de l’école est déterminant. Il constitue le fondement des bons résultats britanniques (…). Surtout, l’école permet de combattre efficacement les inégalités sociales et territoriales de santé. »

La Cour considère qu’une « stratégie vaccinale renouvelée impose une approche interministérielle forte qui doit avoir pour priorité de redonner à l’école un rôle actif dans l’amélioration des taux de couverture et dans la prévention de l’hésitation vaccinale ».

Enfin, la Cour apprécierait que la Haute Autorité de santé assure la présence réactive sur les réseaux sociaux d'une information indépendante et scientifique sur la vaccination, « afin de riposter à ses détracteurs qui occupent largement ces nouveaux médias ».

Compteurs Linky : qui est gagnant ?

Le nouveau compteur électrique Linky, installé dans 8 millions de foyers, destiné à mieux gérer leur consommation et en cela faire des économies d'énergie, est aussi très critiqué par la Cour. En effet, sur Internet, il est très difficile pour le consommateur d'obtenir le montant exact de sa consommation quotidienne.

D'autre part, l'installation de ces compteurs pour toute la France par la société Enedis, coûtera 5 milliards d'euros, mais pour ne pas faire peser cette somme sur les particuliers, explique le journal Le Monde, « la Commission de régulation de l’énergie (Cre) a mis en place un système de tarif différé. Enedis a avancé l’argent, et sera remboursé avec intérêts au moment où le programme portera ses fruits, à partir de 2021, dans la facture des consommateurs. Mais en analysant la construction de ce tarif, la Cour des comptes estime qu’il permettra à Enedis d’empocher au passage près de 500 millions d’euros ».

Cerise sur le gâteau comme nous l'avions souligné dans l'un de nos articles, ces compteurs présenteraient des risques pour la santé liés aux ondes électromagnétiques dégagées par ces appareils. L'Agence nationale de sécurité de l'environnement (Anses), saisie par les pouvoirs publics pour évaluer les risques, devrait rendre un rapport prochainement.

 

Vos réactions

Dans la même rubrique

Santé

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction