L’urticaire est une maladie de peau fréquente. En cas de crise, elle peut devenir très invalidante.

A l’occasion de la Journée mondiale de l’urticaire, jeudi 1er octobre, les médecins se mobilisent pour faire connaître l’urticaire, cette maladie dermatologique inflammatoire, qui provoque d’intenses démangeaisons et peut devenir très invalidante. On ne sait pas vraiment pourquoi elle apparaît, mais on sait comment elle se manifeste : par une inflammation cutanée sévère touchant généralement le visage, les mains ou les pieds et généralement entre 20 et 50 ans. Les boutons ressemblent à ceux d’une piqûre d’ortie (normal, son nom vient du latin urtica : « ortie »). La peau est alors rouge et gonflée, pouvant créer des œdèmes. On parle d’urticaire chronique quand les symptômes persistent plus de six mois.

Cette maladie auto-immune est souvent due à un stress, mais elle peut aussi avoir des origines génétiques car il existe des formes familiales d’urticaire.

Pour l’heure, seuls les antihistaminiques en dose assez forte (une quinzaine de molécules existent sur le marché) sont capables de soulager durablement les malades.

A l’occasion de cette 2e Journée mondiale, un appel à témoignages est lancé intitulé « Vos jours avec » et « vos jours sans », pour que les malades ne restent plus seuls face à l’urticaire et racontent leur histoire.

 

Les événements organisés partout en France.