Il faut attendre 8,4 jours pour obtenir un rendez-vous chez le généraliste d’après une enquête de la société de conseil Medicine4i dévoilée par le journal Le Monde. Elle révèle également qu’il existe des disparités selon les régions mais aussi selon la classe sociale du patient.

L’enquête de la société de conseil en santé Medicine4i révèlent que non seulement, il existe des disparités territoriales d’accès aux soins pour obtenir un rendez-vous chez le généraliste mais qu’en plus, les ouvriers et les cadres ne sont pas logés à la même enseigne.

On attend trop pour voir le généraliste

Le délai d’attente pour voir un généraliste varie du simple au double selon les régions. Il faut entre 6 et 8 jours pour décrocher un rendez-vous dans le Sud-Ouest, l’Auvergne-Rhône-Alpes, la Normandie ou le Nord, les habitants de Paca devront attendre entre 10 et 12 jours, et ceux des Pays-de-Loire plus de 12 jours. En moyenne, le délai d’attente sur l’ensemble du territoire s’élève à 8,4 jours.

Un rendez-vous chez le spécialiste : la galère

Pour obtenir un rendez-vous chez un spécialiste : les choses se corsent. Il faut plus de 70 jours pour consulter un Orl en Bretagne, contre 47,5 en moyenne. Chez le cardiologue, toute la région Grand-Ouest est en voie avancée de désertification. Il faut compter plus de 75 jours pour un rendez-vous, contre 61,4 dans l’Hexagone. Même constat chez les gynécologues. Le délai dépasse 75 jours en Bretagne, Centre-Val de Loire et Bourgogne-Franche Comté, pour une moyenne nationale de 61,7 jours.

Un ouvrier attend plus qu’un cadre

Au tableau des discriminations : les inégalités sociales. En effet, l’enquête montre que les ouvriers ont plus de mal à obtenir un rendez-vous chez le spécialiste. En revanche, c’est moins vrai pour le généraliste. Il faut ainsi 17 jours de moins à un cadre pour consulter un cardiologue qu’à un ouvrier. 50 jours de moins pour un rendez-vous chez l’ophtalmologue, d’après les auteurs de l’enquête. Pourquoi ? Medicine4i évoque notamment un recours moindre à la prise de rendez-vous en ligne. 35 % pour les ouvriers, contre 55 % chez les cadres.