L’ostéoporose est une maladie silencieuse et pas toujours diagnostiquée. Elle touche surtout les femmes après 50 ans, mais les hommes peuvent aussi en être atteints.

C’est quoi ?

L’ostéoporose est une maladie qui touche le squelette. Elle se caractérise par une diminution de la masse de l’os et une détérioration de la structure interne du tissu osseux. Conséquence ? Le risque de fractures. Maladie liée
au vieillissement, elle touche surtout les femmes ménopausées, à cause
du déficit en œstrogènes, mais peut concerner aussi les hommes.

Les chiffres

On estime que 39 % des femmes autour de 65 ans – jusqu’à 70 % pour les plus de 80  ans – en souffrent. En France, l’ostéoporose est à l’origine de 400 000 fractures (vertèbres, col du fémur et poignet essentiellement). Après une fracture, seulement 20 % des femmes sont orientées vers un dépistage de la maladie, puis prises en charge.

Le dépistage

L’ostéodensitométrie est un examen radiologique, rapide et indolore qui mesure la densité minérale osseuse (la masse de calcium contenue dans l’os).
Elle est remboursée à 70 % sur la base de 39,96 €, sur prescription médicale, pour les patients présentant les facteurs de risques suivants : antécédents de fractures personnels ou familiaux, petit poids, prise de corticoïdes pendant plus de trois mois, ménopause précoce…
Hors de ces cas-là, l’examen sera à votre charge. Pour remédier à ces restrictions, certaines mutuelles proposent, dans leurs prestations, un forfait pour l’ostéodensitométrie. Pour les plus de 50 ans, s’il y a des cas d’ostéoporose dans votre famille, si vous ne mangez pas de produits laitiers, si votre taille a diminué de 4 centimètres ou plus… prenez conseil auprès de votre médecin traitant.

Les traitements

On envisage une prise en charge médicamenteuse après avoir corrigé une éventuelle carence en calcium et/ou en vitamine D et lorsque le risque de fracture est jugé élevé. Les médicaments les plus utilisés contre l’ostéoporose sont ceux de la famille des bisphosphonates qui peuvent être administrés
en intraveineuse. Ces traitements doivent être pris pendant une durée minimale de trois à cinq ans.

La prévention ça marche

  • Bougez tous les jours, marchez, pratiquez des exercices d’étirement, pour entretenir votre musculature, et diminuer ainsi le risque de chute.
  • Mangez équilibré en favorisant les aliments riches en calcium (gruyère, gouda, moules) et en vitamine D (beurre, poisson gras, jaune d’œuf). En cas de carence en vitamine D, un supplément (ampoules) peut être apporté.
  • Maintenez votre poids à un niveau correct : un poids insuffisant accroît
    le risque de fracture.
  • Dites non à la cigarette et modérez votre consommation d’alcool.

A noter : Journée de l’ostéoporose le 20 octobre, rens. sur : cutt.ly/PhypHt