Depuis 2001, le nombre d’IVG varie, chaque année, entre 215 000 et 230 000. En 2018, il aura été supérieur de 3 % à celui de 2017 selon une étude de la Drees.

En 2018, 224 300 interruptions volontaires de grossesse (IVG) ont été réalisées en France, dont 209 500 auprès de femmes résidant en métropole. Le taux de recours s’élève à 15,0 IVG pour 1 000 femmes âgées de 15 à 49 ans en métropole et à 27,8 dans les départements et régions d’outre-mer (DROM), son niveau le plus élevé depuis 1990. Les femmes de 20 à 29 ans restent les plus concernées, avec un taux de 27 IVG pour 1 000 femmes sur l’ensemble du territoire.

Les écarts régionaux perdurent, les taux de recours allant du simple au double selon les régions : de 10,9 IVG pour 1 000 femmes en Pays de la Loire à 22,0 IVG en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Dans les DROM, ils sont plus élevés et atteignent jusqu’à 38,5 en Guadeloupe.

Depuis que la pratique des IVG a été autorisée par voie médicamenteuse en 2001 le nombre des IVG instrumentales n’a cessé de diminuer tandis que la technique médicamenteuse se répandait. La possibilité de pratiquer hors établissements uniquement des IVG médicamenteuses a accentué cette évolution. Ainsi, en 2018, 69 % des IVG sont réalisées de façon médicamenteuse