C’était une promesse du candidat Macron mais elle tardait à se concrétiser. Le projet de loi sur la procréation médicalement assistée (Pma) pour toutes les femmes sera examiné en septembre.

Le projet de loi bioéthique, qui comprendra l’extension de la procréation médicalement assistée (Pma) à toutes les femmes, sera examiné à l’Assemblée nationale « dès la fin septembre », a annoncé Edouard Philippe, Premier ministre, mercredi 12 juin lors de son allocution de politique générale.

Une promesse qui se faisait attendre

Actuellement, en France, seuls les couples hétérosexuels infertiles peuvent avoir recours à la Pma. Les couples lesbiens ou les femmes célibataires sont obligés d’aller à l’étranger (souvent en Espagne mais aussi en Belgique ou en Grande-Bretagne) pour y avoir recours, moyennant finance. Ouvrir la Pma a toutes était « une question de justice sociale » avait rappelé Marlène Schiappa, Secrétaire d’Etat chargée du droits des femmes.

De leur côté, après les hésitations du gouvernement, beaucoup d’associations craignaient un report de cette mesure. Pourtant, même le Conseil consultatif national d’éthique (Ccne) s’était prononcé en faveur de la Pma pour les couples lesbiens et les femmes célibataires, en juin dernier.

Autres points à discuter

Il reste toutefois des interrogations :  comme l’accès aux origines, le régime de filiation en cas de Pma avec tiers donneur… autant de questions qui soulèveront des débats, que le Premier ministre souhaite « apaisés », a-t-il précisé lors de son discours de politique générale.