L’épilepsie touche environ 50 millions de personnes dans le monde. Pourtant, elle reste mal connue et très stigmatisante.

Qu’est-ce que l’épilepsie, pourquoi cette maladie fait-elle encore peur ? La Journée mondiale qui lui est consacrée le 13 février permet de répondre à ses questions.

Une maladie qui fait peur

En France, environ 600 000 personnes sont épileptiques, dont la moitié ont moins de 20 ans. L’épilepsie se définit comme une maladie multiforme. Selon la définition de l’Organisation mondiale de la santé (Oms), la crise résulte de « décharges électriques excessives dans un groupe de cellules cérébrales ».

Les crises peuvent être spectaculaires et faire peur à l’entourage. Les malades se sentent souvent stigmatisés et ressentent cette maladie comme un fardeau. Des idées fausses persistent : par exemple, que l’épilepsie est une maladie contagieuse, qu’il est impossible de travailler ou d’avoir un enfant quand on est épileptique. L’épilepsie n’est pas transmise par un virus ou une bactérie, donc elle n’est pas contagieuse et il est tout à fait possible, si l’on est sous traitement, d’avoir une vie normale si on adapte ses activités et son traitement, particulièrement si on prévoit une grossesse.

De nouveaux traitements

Les médicaments anti-épileptiques parviennent à stabiliser la maladie dans 70 % des cas. Sinon, la chirurgie est également utilisée. Plus radicale, cette méthode consiste à enlever la zone cérébrale responsable de l’épilepsie et permet de faire disparaître les crises dans les deux ans chez une majorité de patients. Mais il n’est pas toujours nécessaire d’ouvrir le crâne pour détruire la zone responsable des crises d’épilepsie. Certains apareils permettent de cibler la zone à détruire très précisément à l’aide d’une cartographie du cerveau obtenue par Irm ou scanner. Tous les épileptiques ne peuvent pas ou ne souhaitent pas bénéficier de cette chirurgie.

D’autres méthodes existent comme la stimulation cérébrale profonde, utilisée à titre expérimental en France. Elle consiste à stimuler certaines zones du cerveau grâce à des électrodes placées lors d’une intervention chirurgicale. Mais elle peut entrainer des complications comme la dépression et des problèmes de mémoire, selon Epilepsie France.

Une autre technique innovante est la stimulation du nerf vague, qui parcourt une grande partie du corps. Cette technique, inventée il y a une vingtaine d’année aux Etats-Unis, consiste à implanter un dispositif ressemblant à un stimulateur cardiaque dans la poitrine et à le connecter par un fil à une électrode mise en place pour stimuler ce nerf au niveau du cou. 

Plus de renseignements sur la chaîne You tube de l’épilepsie,

Ligue française contre l’épilepsie (Lice),

epilepsy.org,

Bureau international pour l’épilepsie (Ibe).