La Haute Autorité de santé recommande aux patients fragiles et aux parents de nourrisson, de faire le point sur leur vaccination, de toute urgence. Elle rappelle que « les consultations sont organisées dans le respect des mesures barrières afin de protéger les patients et les professionnels de santé et d’éviter la transmission du virus Sars-CoV-2 ».

Avec le confinement, les professionnels de santé ont remarqué une baisse des consultations médicales et des délivrances de vaccins pendant le confinement. Il est donc urgent de reprendre sa vaccination en main et sans délai, « en priorité chez les nourrissons et certaines populations fragiles (pathologies chroniques, patients immunodéprimés, femmes enceintes, personnes âgées…) » avertit la Haute autorité de santé.

Report des vaccinations pendant le confinement

Beaucoup ont différé les vaccinations pendant le confinement. Mais ce n’est pas une bonne idée surtout chez les personnes âgées et les nourrissons. Selon l’enquête EPI-Phare, plus de 44 000 nourrissons n’ont pas reçu leur dose de vaccin hexavalent (diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite, hépatite B, heamophilus influenzae b) au cours des 8 semaines de confinement, et près de 124 000 patients, y compris nourrissons, n’ont pas reçu leur vaccin Ror.

Tous les patients qui ont reporté leurs injections de vaccins doivent donc consulter et les pharmaciens sont invités à vérifier systématiquement les vaccinations de leurs patients et à les orienter vers leur médecin si nécessaire.

Pour rappel :

– l’allongement du délai entre deux injections ne nuit pas à la qualité de la réponse immunitaire ;

– il n’est pas nécessaire de reprendre dès le début un schéma vaccinal interrompu ;

– toutes les doses déjà administrées doivent être prises en compte et ainsi seules les doses manquantes et le premier rappel doivent être administrés ;

– l’utilisation de vaccins combinés est à privilégier et il est possible de réaliser jusqu’à quatre injections au cours d’une même séance.