En Ile-de France, principalement en Seine-Saint-Denis, département le plus précaire de France métropolitaine, les personnes défavorisées sont plus exposées au risque de contracter le Covid-19. Et qui plus est, d’être atteintes de formes graves.

Les derniers chiffres de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) montrent une surmortalité liée au Covid-19 en Ile-de-France.

Importante surmortalité en Seine-Saint-Denis

La Seine-Saint-Denis, département le plus précaire de France métropolitaine, a été très exposée aux formes sévères du Covid-19. Le constat est confirmé par l’insee et l’Observatoire régional de santé (Ors) d’Ile-de-France dans une étude mettant en évidence des disparités locales, liées à des facteurs socio-démographiques et urbains, sanitaires ou liés à l’emploi.

les territoires socialement défavorisés sont également des territoires où les indicateurs sanitaires sont peu favorables. (ORS)

Les chiffres de l’Ors montrent une surmortalité particulièrement marquée en Seine-Saint-Denis (+ 118,4 %), ainsi que dans les autres départements denses de la région (+ 101,5 % dans les Hauts-de-Seine, + 94,1 % dans le Val-de-Marne et + 92,6 % à Paris).

« Avoir des conditions de logement difficiles, avec plus de personnes dans moins de mètres carrés, vivre dans un habitat collectif avec des parties communes, espace potentiel de transmission, sont des facteurs de risque », commente, pour le Quotidien du médecin, Isabelle Grémy, directrice de l’Ors Ile-de-France.

Au-delà des états de santé socialement marqués, les caractéristiques sociales des populations influent sur leurs conditions de logement et d’habitat, générant potentiellement plus de contacts et augmentant les risques de contamination, sans parler de la difficulté même de vivre cette longue période de confinement. (ORS)

D’autre part, certains métiers, soignants, forces de l’ordre, caissières, livreurs, personnel de nettoyage, sont plus exposés à l’infection. Ces personnels représentent 9 % des actifs franciliens, et 12 % en Seine-Saint-Denis.

Santé précaire pour les plus précaires

Les populations précaires sont aussi en plus mauvaise santé – diabète, obésité, asthme (facteurs d’aggravation du Covid-19) – et ont une espérance de vie plus courte que la moyenne de la population.

Ces facteurs aggravants face au Covid-19 se retrouvent dans le reste du monde, dans les quartiers défavorisés d’autres villes comme New York, Londres, Barcelone…