Quels sont les différents vaccins disponibles sur le marché français ? Pour quels publics ? De quels autres sérums va-t-on disposer ?

Depuis le début de la campagne de vaccination en France, le 27 décembre, plusieurs vaccins sont arrivés sur le marché français. On fait le point.

Les premiers arrivés

Pfizer-BioNTech puis Moderna sont les deux premiers vaccins à Arn messager qui sont arrivés sur le marché français, fin décembre début janvier 2021. Les personnes âgées en Ehpad, et les soignants de plus de 50 ans en ont bénéficié. Ces deux vaccins à Arn messager sont efficaces à 91 et 94% pour la souche d’origine et nécessitent deux injections à 3 semaines d’intervalle. Très peu d’effets secondaires sont à signaler pour l’instant. Seul écueil : ils doivent être conservés à -80° pour l’un et -20° pour l’autre.

Et de 3 !

Le troisième sur la ligne d’arrivée est celui du laboratoire Oxford/AstraZeneca, qui n’est pas à Arn messager mais « à vecteur viral», c’est-à-dire qu’il prend comme support un autre virus (ici un adénovirus de chimpanzé) qui a été transformé et adapté pour combattre le Covid-19. Il est efficace à 60% et bonne nouvelle : il se conserve entre +2 et +8°, donc dans un réfrigérateur classique. En revanche, il n’a pas prouvé son efficacité chez les plus de 65 ans. Aussi, il sera administré d’abord aux soignants de moins de 50 ans et aux personnes de 50 à 65 ans, qui ont des facteurs de risque et des comorbidités, dans un premier temps. Deux doses sont nécessaires à espacer de 9 à 12 semaines, selon les recommandations de la Haute autorité de santé (Has).

Quels sont les prochains ?

Les prochains dans les starting-block sont le vaccin Janssen (J&J) (à adénovirus) en avril, puis le vaccin Curevac, un autre vaccin Arn messager, qui pourraient débarquer le mois suivant, mais il faut qu’ils passent évidemment l’évaluation par l’agence européenne du médicament. On devrait disposer d’un troisième type de vaccin, le vaccin protéique Novavax, avant l’été. Normalement, il y aura donc six vaccins disponibles cet été. 

Et le vaccin Spoutnik ?       

Spoutnik est un vaccin russe à adénovirus (comme celui d’AstraZeneca), dont les premiers résultats sont encourageants. Il reste aux Russes à déposer l’autorisation à l’agence européenne du médicament, qui validera ou pas l’accès du sérum en Europe.

A noter : bientôt, les médecins généralistes seront mis à contribution, a annoncé le ministère de la Santé. Suivis par les pharmaciens.

Des effets secondaires ont été observés avec ces différents vaccins : fièvre, fatigue, maux de tête, nausées pendant environ 48 heures, ainsi que quelques réactions allergiques.