Les patients sous corticoïdes devraient être rassurés. Après de fortes tensions dans l’approvisionnement, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm) déclare que « le risque de pénurie est écarté ».

Depuis avril dernier, professionnels et patients font face à une forte pénurie de corticoïdes. Principalement ceux, à base de prednisone (Cortancyl et génériques) et de prednisolone (Solupred et génériques).

Pourtant, ces anti-inflammatoires sont très efficaces, peu chers et indispensables pour prendre en charge des maladies rhumatologiques, respiratoires ou oncologiques.

Professionnels de santé et patients ne décolèrent pas

Obligés de dire à leurs patients de « patienter », les professionnels de santé ne décolèrent pas. Ils cherchent les raisons de cette pénurie qui ne concerne pas seulement les corticoïdes, d’ailleurs. Retards de production ? Rentabilité trop faible ? Les patients ne peuvent pas faire les frais de décisions économiques. De leur côté, les malades doivent s’adresser parfois à des dizaines de pharmacies pour trouver leur traitement.

C’est pourquoi le Pr Francis Berenbaum, rhumatologue, a lancé une pétition contre la rupture de stock de corticoïdes afin de faire bouger les lignes.

L’Agence du médicament tempère

Pour l’heure, l’Agence nationale de sûreté du médicament (Ansm) reconnaît des tensions dans l’approvisionnement, mais souhaite rassurer. « Nous avons mobilisé le plus rapidement possible les industriels pour leur rappeler leurs obligations en termes de mise à disposition des médicaments. » Tout devrait rentrer dans l’ordre courant juin.

Liste des corticoïdes sur le site de l’Ansm.