La plateforme Autisme Info Service est lancée à l’occasion de la Journée de l’autisme, le 2 avril. Il s’agit du premier dispositif national, gratuit, d’écoute et d’information par télépone, mail et chat, pour les autistes et leurs familles.


A l’occasion de la Journée de l’autisme, le 2 avril, la plateforme Autisme Info Service est lancée. Premier dispositif national gratuit d’écoute et d’information, par téléphone, mail et chat, ce service est entièrement gratuit.

Plateforme d’écoute

L’objectif de cette plateforme est d’aider et d’orienter les personnes atteintes d’autisme et leur entourage et d’informer les professionnels intervenant à leurs côtés. De nombreuses enquêtes ont montré que les familles sont en manque d’informations au quotidien. Or, on sait maintenant qu’un dépistage précoce permet une meilleure prise en charge de l’autisme. Il est la clé d’un parcours de vie plus autonome en évitant les sur-handicaps. Aujourd’hui, il faut 446 jours en moyenne pour obtenir un diagnostic. 

www.autismeinfoservice.fr ; un numéro gratuit (0 800 71 40 40) avec des personnes formées, et un chat pour dialoguer et obtenir des renseignements personnalisés.

Un autre site pour s’informer : http://dismoielliot.fr/

Tous les événements sur l’autisme en France ici.

Les chiffres de l’autisme

  • 700 000 personnes autistes en France dont 100 000 enfants.
  • Un tiers des enfants autistes sont scolarisés seulement 2 jours ou moins en maternelle
  • Trois fois plus d’hospitalisations longues (de plus de 292 jours) en psychiatrie pour les personnes autistes que pour la population générale.
  • 446 jours de délais en moyenne pour obtenir un diagnostic.
  • 5 % des personnes autistes travaillent en milieu ordinaire.
  • 3 000 € de dépenses restent à la charge des familles en moyenne annuelle.
  • 6 % des personnes autistes ont accès à un logement personnel.

Cinq engagements ont été pris par le gouvernement dans le cadre du 4e Plan autisme 2018-2022, lancé le 1er avril :

  1. renforcer la recherche et la formation ;
  2. mettre en place les interventions précoces prescrites dans les recommandations de bonnes pratique professionnelle ;
  3. garantir la scolarisation effective des enfants et des jeunes ;
  4. favoriser l’inclusion des adultes ;
  5. soutenir les familles.

Pour mettre en œuvre ce quatrième plan autisme, une enveloppe nouvelle de 344 millions d’euros viendra s’ajouter aux 53 millions de crédits issus du troisième plan autisme pour atteindre près de 400 millions d’euros.