Les bébés et les jeunes enfants ont besoin d’une alimentation diversifiée à partir de 4 mois. Quels aliments leur donner ? Quand les introduire ? Santé Publique France publie de nouvelles recommandations afin d’aider les parents.

L’agence de santé propose aux parents des conseils à suivre, à partir de l’âge de 4 mois et jusqu’à 3 ans, aux moments-clés de la diversification alimentaire, pour que les petits acceptent de nouveaux aliments et forgent leur goût. Car, il n’y a pas que le lait maternel dans la vie !

« de 4 mois à 3 ans, une étape fondatrice de la vie de l’enfant »

Santé publique France

Découvrir

A partir de 4 mois, moment de la diversification alimentaire, et contrairement aux idées reçues, Santé publique France recommande d’introduire tous les groupes d’aliments. Y compris les aliments réputés allergènes comme le gluten, l’œuf, les arachides, les produits laitiers, même chez l’enfant à risque d’allergie. L’agence conseille de faire découvrir à l’enfant de nouvelles textures à partir de 6-8 mois (environ 2 mois après le début de la diversification) mais aussi de ne pas hésiter à proposer un aliment jusqu’à 10 fois, sans forcer (un bébé peut avoir besoin de temps pour l’apprécier).

Diversifier l'alimentation de bébé, à partir de 4 mois 123RF ©
Il n’y a pas que le lait maternel dans la vie ! ©123RF

Ensuite, l’organisme de santé recommande d’ajouter systématiquement des matières grasses dans les préparations maison ou dans celles du commerce qui n’en contiennent pas, à partir de 6 mois. En effet, les apports en lipides des enfants de moins de 3 ans sont en moyenne insuffisants. Il faut privilégier les matières d’origine végétale (huile d’olive, colza) et évitez les fritures. On peut aussi ajouter au repas une noisette de beurre frais non cuit.

Pour les produits sucrés, le conseil est de les proposer le plus tard possible et de manière limitée. Il est aussi demandé de faire confiance à l’appétit de l’enfant, d’être attentif aux signes de rassasiement et de ne pas forcer un enfant à manger.

Un intervalle de deux à trois jours est recommandé entre l’introduction de deux nouveaux aliments.

S’il s’agit de respecter un ordre : les professionnels recommandent d’introduire d’abord les légumes, vers 4 mois (haricots verts, épinards, courgettes sans pépins et sans peau, blancs de poireaux, carottes). Eviter les légumes riches en fibres, comme la partie verte des poireaux, les salsifis… plus difficiles à digérer. Puis les fruits, et ensuite la viande et le poisson, vers 6/8 mois, tout en respectant les dosages suivant l’âge de l’enfant.

Côté préparation, les légumes doivent être mixés finement, cuits à l’eau ou à la vapeur, sans ajout de sel.

Les pommes de terre seront introduites à six mois, cuites à la vapeur, moulinées et mélangées à une soupe de légumes. A sept mois, ce sera au tour des pâtes, du pain, et des biscuits.

L’importance de l’entourage

« Les pratiques éducatives des parents, des proches et plus largement de l’entourage social vont contribuer à l’acceptation par l’enfant de nouveaux aliments pendant la période de diversification et vont avoir une influence sur sa manière de s’alimenter sur le long terme », rappelle l’agence nationale de santé publique.

Enfin, l’environnement du repas est important : pas d’écrans (télé) en mangeant. 

Pour accompagner les parents : www.mangerbouger.fr/Les-recommandations/

Tous les professionnels peuvent également commander la brochure « Pas à pas, votre enfant mange comme un grand. Le petit guide de la diversification alimentaire », afin de la remettre aux parents au cours de leurs échanges sur le sujet.