Les cas de rougeole ont été multipliés par quatre dans le monde au premier trimestre 2019, d’après les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (Oms).

Au premier trimestre 2019, l’Organisation mondiale de la santé (Oms) a relevé quatre fois plus de cas de rougeole, par rapport à la même période en 2018. L’Afrique et l’Europe sont les régions du monde les plus touchées, pour des raisons différentes. 170 pays ont signalé 112 163 cas ces trois derniers mois contre 28 124 cas dans 163 pays au premier trimestre 2018.

Des cas en augmentation

Les cas de rougeole sont en augmentation partout dans le monde. Et, tous les cas ne sont pas signalés, prévient l’Oms. Pourtant, jusqu’en 2016, la maladie était en régression. En cause, la diminution de la couverture vaccinale dans les pays riches et la virulence des « anti-vaccins » et d’un mauvais accès aux soins dans les pays pauvres. En Afrique (surtout en République démocratique du Congo et en Éthiopie), l’organisation relève une hausse de 700 % au premier trimestre, suivie par l’Europe, +300 %, la Méditerranée orientale +100 %, les Amériques +60 % et la région de l’Asie du Sud-Est/Pacifique occidental +40 %. Cette maladie infectieuse et particulièrement contagieuse, cause de nombreux décès, surtout chez les enfants.

Il existe un vaccin efficace

Rappelons que le vaccin contre la rougeole est sûr et efficace, qu’il rentre dans le calendrier des vaccinations obligatoires en France. La rougeole n’est pas une maladie bénigne, elle est due à un virus qui se transmet très facilement par la toux, les éternuements et les sécrétions nasales. Une personne contaminée par la rougeole peut infecter entre 15 et 20 personnes. Elle peut entraîner de graves complications : encéphalites, pneumopathies, pertes de vision, voire décès, en particulier chez les nourrissons et les jeunes enfants.

]]>