Le vaccin anti-Covid doit-il devenir un bien commun de l’humanité et les industriels renoncer à leur brevet pour garantir un accès à la santé pour tous ? Le débat est lancé.


Plus d’un an et demi après le début de la pandémie de Covid-19, le constat est sans appel : la campagne de vaccination a mis en évidence la dépendance financière et logistique des Etats face aux laboratoires pharmaceutiques privés, alors même que les industries du médicament profitent largement de l’argent public.

UN ENJEU MONDIAL

Pourtant, la vaccination est un acte de protection et de solidarité.
La découverte du vaccin représente une avancée majeure dans l’histoire de la recherche médicale et un défi à l’échelle internationale pour enrayer cette pandémie.

Il n’est pas imaginable d’avoir un traitement différent selon les peuples. Or, dans les pays les plus pauvres, neuf personnes sur dix pourraient ne pas être vaccinées cette année à cause du prix de vente trop élevé des sérums, mais aussi en raison du rythme trop lent de production des doses.

LEVÉE DES BREVETS

Pour ces raisons, plus de 155 personnalités du monde entier, et aussi des syndicats, associations, institutions, et notamment la Fédération des mutuelles de France (FMF), se sont mobilisés à travers l’initiative citoyenne européenne « Pas de profit sur la pandémie ». Leur objectif : obtenir de la commission européenne la levée des brevets sur les vaccins et en faire un bien pour l’humanité. En mai dernier, les Etats-Unis ont annoncé soutenir une levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.

Cela permettrait une accélération de la production de doses de vaccins à travers le monde, y compris dans des pays comme l’Inde, dévastés par le Covid-19. L’Europe doit, à présent, se mobiliser. De leur côté, les laboratoires redoutent la création d’un précédent qui pourrait être évoqué lors de futures crises sanitaires. Les signataires de l’initiative demandent également la création d’un pôle public du médicament et des produits de santé, ainsi qu’une relocalisation de l’industrie pharmaceutique, afin de sortir la santé de toute logique lucrative.

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Le brevet est une protection de la propriété intellectuelle. Pendant environ vingt ans, il donne à son détenteur un monopole sur l’exploitation de son invention.

APPEL

Pour signer l’initiative citoyenne « Pas de profit sur la pandémie » : noprofitonpandemic.eu