Avec la crise sanitaire, de nombreux psychiatres se sont emparés de la téléconsultation. Un bon moyen pour ne pas perdre la relation avec le patient et d’assurer la continuité des soins. Une pratique qui devrait perdurer.

Certes, la téléconsultation ne remplace pas la relation en présentiel, mais la elle permet de garder le contact avec le patient, surtout en ces temps anxiogènes. La pandémie, les différents confinements ont permis d’expérimenter ce mode de consultation qui a remporté un succès certain.

2 % des psychiatres pratiquaient la téléconsultation avant la pandémie. Le confinement et les différentes contraintes dues à la crise sanitaire ont accéléré le mouvement.

Les psy convertis à la téléconsultation

Ils étaient plutôt réfractaires à la téléconsultation, mais les psychiatres ont dû changer leur fusil d’épaule et admettre qu’elle était un outil utile aux patients, pendant le confinement. La télépsychiatrie, terme employé désormais, est en train d’entrer dans les mœurs. Une étude du cabinet Qare, spécialiste de la téléconsultation en psychiatrie note que : « En octobre 2020, 40 % de psychiatres avaient ainsi arrêté ou diminué leur activité de cabinet au profit de cet acte et, avec 6,4 % des téléconsultations, la psychiatrie, représentait la 2e profession médicale ayant adopté cette pratique après la médecine générale. » 

Pour qui ?

Au dernier congrès de l’Encéphale, qui rassemblait plusieurs centaines de psychiatres, les données révélaient que les patients adeptes de la télépsychiatrie sont plutôt atteints de pathologies légères. Beaucoup ont consulté pour la première fois, pour des troubles tels que : l’hypochondrie, la phobie de la contamination, un burn out, des troubles anxio-dépressifs et du sommeil, des problèmes de rechute addictive.

La télépsychiatrie, un bon outil pour les patients atteints de pathologies légères.

Il semblerait que cet outil fasse des émules auprès des jeunes, des enfants et les adolescents, publics très connectés et convertis aux écrans. Les séances peuvent se réaliser accompagnés ou non des parents.

Facilité d’accès

Pas de déplacement, un rendez-vous obtenu rapidement, les avantages sont nombreux pour les patients. D’autant que les séances par téléphone peuvent être maintenues en cas de problème de connexion.

Les séances en cabinet reprendront leur rythme prochainement, mais nul doute que la téléconsultation en psychiatrie a fait des avancées.