Les soignants à l’hôpital sont épuisés et ne cessent de lancer des signaux d’alerte. Si leur souffrance n’est pas entendue, elle finira pas mettre les patients en danger. Ce qui est déjà le cas dans certains établissements hospitaliers. Caroline Chaumet, documentariste, leur donne la parole.


Caroline Chaumet est la présidente fondatrice du site Passeur d’alertes. Documentariste, elle met en lumière dans ses films, en collaboration avec Bernard Nicolas, réalisateur, la souffrance des soignants à l’hôpital.

Des soignants en burn out

Selon une étude de l’association Sps menée en 2015, un soignant sur deux serait en burn out ou en dépression. Mais à travers cette souffrance, c’est tout le système hospitalier qui déraille. C’est ce que montre le film de Caroline Chaumet et Bernard Nicolas Chu de Grenoble, la fin de l’omerta, où tout démarre avec le suicide d’un neurochirurgien de trente-six ans en novembre 2017. On y découvre les témoignages de plusieurs praticiens, médecins, infirmières et même chefs de service. Tous évoquent tour à tour une « maltraitance managériale », et même des cas de harcèlement.

Dans le deuxième document, Chu de Strasbourg : l’art du camouflage, la documentariste donne la parole aux patients. Cinq familles témoignent des dysfonctionnements graves de prise en charge qu’elles ont subi au cours de ces dix dernières années. « Si on ne prend pas en compte la souffrance des soignants, on met clairement les patients en danger », avertit Caroline Chaumet.

Comment en est-on arrivé là ?

« La loi Hôpital patients santé territoire (Hpst), a donné en 2009 tous pouvoirs aux établissements hospitaliers et à leurs directions, explique Caroline Chaumet. Ils prennent, pour la grande majorité, essentiellement des décisions de rentabilité et financières, souvent au détriment des soins et des soignants. C’est la course au chiffre et les personnels ne trouvent plus de sens dans leur travail, avec – en plus – la tarification à l’activité (T2A). »

Quelles sont les solutions pour améliorer l’environnement de travail des soignants afin qu’ils ne s’épuisent pas  ? « Le dialogue est le premier élément de réponse mais, dans le milieu médical, il y a des castes, les médecins restent entre eux, les infirmiers et aides-soignants craignent d’être mis à l’écart, le personnel technique ou administratif parle peu et les patients ont peur d’être “blacklistés” dans des zones où souvent, il n’existe qu’un établissement de soins…, explique la documentariste. Il faudrait casser ces modèles qui persistent. »

La médiatisation, le relais sur les réseaux sociaux, le regroupement des lanceurs d’alerte qui osent parler et agir est une fenêtre ouverte sur le changement. Le site Passeur d’alertes créé par Caroline Chaumet sert à relayer les nombreux témoignages de soignants et de patients et à fédérer leurs messages.

Voir les webdocs sur le site Passeur d’alertes.

A lire : Hôpitaux en détresse, patients en danger, des Prs Philippe Halimi et Christian Marescaux, éd. Flammarion, 19,90 €.