Les malades du cancer subissent de plein fouet l’épidémie de Covid-19. Le suivi des traitements s’en trouve modifié et les opérations chirurgicales reportées, pour éviter tout risque de contamination des patients par le virus. Des études épidémiologiques chinoises ont montré que les patients atteints de cancer sont plus vulnérables face au virus, et sont plus à même de développer des complications graves de la maladie Covid-19.

Des recommandations ont été publiées dans The Lancet Oncology à destination des établissements de santé pour une meilleure prise en charge des patients atteints de cancer. Et ainsi favoriser la continuité des soins. Pour la chimiothérapie et la radiothérapie, les soins sont assurés normalement avec des protections renforcées : masques, surblouses… Unicancer – qui réunit les 18 centres de lutte contre le cancer (Clcc) en France – a déployé ses efforts pour limiter les déplacements des malades et favoriser l’hospitalisation et les soins à domicile (téléconsultations, chimiothérapies orales, hospitalisation à domicile…). Mais malgré tout, beaucoup de malades reportent leurs rendez-vous, de peur d’être contaminés.

Cancer : continuer le dépistage

On relève, chaque année en France, 360 000 nouveaux cas de cancer. Il est donc primordial de continuer à dépister et à soigner les personnes atteintes de cancer. Or, beaucoup de généralistes et de spécialistes tournent au ralenti. Et selon l’assurance-maladie, les dépistages des cancers s’effondrent.

La ligue contre le cancer et Unicancer lancent un appel pour que ces malades ne soient pas oubliés. ils soulignent le risque de retard et de décalage dans les diagnostics. Les nouveaux patients arrivent moins vite qu’à l’accoutumée, constatent les spécialistes, qui rappellent que le cancer tue près de 150 000 malades par an en France.

360 000 nouveaux cas de cancer par an.


« Allez consulter dès que nécessaire, en matière de prévention et de diagnostic », insiste Jean-Pierre Martin, oncologue, administrateur du Comité du Rhône de la Ligue contre le cancer, sur le site de France Info

« Il ne faut pas accumuler de retard à cause de cette crise sanitaire, complète le médecin inquiet, car le cancer est un problème de santé majeur. » Après le confinement, il faudra redoubler de vigilance avec ces malades particulièrement fragilisés.

A savoir : le site web La Vie autour, répertorie les associations proposant des soins oncologiques de support (soins en plus des traitements) partout en France.