Législatives : après le soulagement, les acteurs de la santé et de la solidarité restent inquiets

L'Assemblée nationale où siègent les 577 députés © 123 RF
La progression du Rassemblement national inquiète profondément les acteurs de la santé et de la solidarité. © 123 RF

L’arrivée en tête du Nouveau Front populaire aux dernières élections a permis d’éviter le pire selon les organisations engagées dans l’accès aux soins pour tous. Mais la situation politique actuelle continue de préoccuper le monde de la santé.

Le soulagement est largement partagé. Pour les représentants syndicaux, associatifs, mutualistes, le score du Nouveau Front populaire aux élections législatives du 7 juillet 2024 a permis de faire barrage à l’extrême droite. « L’idéologie antisociale et raciste de ce dernier ne gouvernera pas notre pays, pour l’instant », a notamment indiqué la Fédération des Mutuelles de France (FMF).

Répondre aux besoins sociaux n’est plus un défi mais un impératif.

La Mutualité Française (FNMF)

Progression de l’extrême droite

Toutefois, la progression du Rassemblement national – qui obtient 54 sièges supplémentaires à l’Assemblée nationale, soit 143 députés – inquiète profondément les acteurs de la santé et de la solidarité. « Les mesures défendues par ce parti, dont la préférence nationale, sont en parfaite opposition avec les valeurs et actions que nous portons », a averti le collectif Alerte, composé de 35 associations dont APF France handicap, ATD Quart Monde, Emmaüs et la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS).

Flou politique

Et la situation politique actuelle renforce encore leurs craintes. « Nous entrons dans une période inédite de flou politique. Médecins du monde redoute que cette situation rende le travail des députés quasi impossible et que la santé de toutes et tous, en particulier des plus précaires, en pâtisse », a signalé l’association.

La Fédération nationale de la Mutualité Française (FNMF) a pour sa part déclaré que : « Répondre aux besoins sociaux n’est plus un défi mais un impératif. Il incombe aux différents groupes politiques de dépasser les clivages et d’engager les réformes nécessaires pour apporter des réponses concrètes aux besoins exprimés par les Français. »

Poursuivre la mobilisation

Pour les organisations du mouvement social, il est donc nécessaire de poursuivre la mobilisation « afin que soient effectivement engagés les changements et les progrès sociaux, écologiques et politiques à même de réparer notre société en crise. Et de répondre aux besoins et aspirations de la population », insiste la FMF.

Au sein du mouvement mutualiste, la Mutualité française partage également ce constat. « La réussite de ce projet ne pourra passer que par le dialogue et une véritable co-construction avec les acteurs de la société civile qui agissent, au quotidien, au plus proche de la population. »

Pour le collectif Alerte, « un “choc de solidarité” s’impose pour permettre à chacun de vivre dignement et donner un coup d’arrêt à la paupérisation en France ». De son côté, Médecins du monde a fait part de ses attentes auprès des responsables politiques pour « des engagements plus forts encore en faveur de l’accès à la santé ».