La fédération d’associations de médecins libéraux a lancé, lundi 27 septembre, une grève totale pour une journée. Motif : « Alerter les Français sur la disparition programmée de la visite à domicile ».

Ce ne sont pas moins de 63 associations de SOS Médecins qui ont réalisé un arrêt total de leur activité (visite à domicile, consultation, centre de régulation, téléconsultation), lundi 27 septembre.

Moyens insuffisants

« Depuis plus de 15 ans, les moyens alloués à la visite à domicile sont insuffisants au regard des besoins des Français et du vieillissement de la population », clame SOS Médecins. A titre d’exemple, « l’indemnité de déplacement de 10 euros pour les visites de jour n’a pas évolué depuis 15 ans ». Les médecins de SOS médecins déplorent « un désengagement croissant des médecins généralistes de cette pratique ».

D’après la fédération, cela a pour conséquences un accroissement de l’engorgement des urgences hospitalières par des patients pouvant être pris en charge à domicile, un maintien à domicile des personnes en perte d’autonomie plus compliqué, une augmentation du coût de la prise en charge, un recrutement plus difficile de médecins…

Sos médecin remonté contre l’Assurance maladie

« L’Assurance maladie a trouvé le moyen d’exclure SOS médecins de la revalorisation de la visite. Ceci alors même que nous sommes depuis 55 ans les principaux acteurs de la visite en France 365 jours sur 365 et 24 heures sur 24. Cet épisode, qui s’ajoute à un ostracisme répété, a provoqué la colère des 1 300 médecins SOS », s’insurge la fédération d’associations de médecins libéraux. Elle prévient que cette journée nationale d’arrêt total de l’activité est « renouvelable dans les prochaines semaines ». 

Créée en 1966, SOS Médecins regroupe 1 300 médecins généralistes, qui effectuent environ 3 millions de visites à domicile chaque année.