De nombreuses agences régionales de santé (Ars), demandent aux hôpitaux de déprogrammer des opérations pour ouvrir des lits de réanimations, afin d’accueillir des patients atteints de Covid-19. Une situation qui alarme les associations de malades.

En Ile-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes…, les Agences régionales de santé demandent aux hôpitaux de déprogrammer d’avantage d’opérations, devant l’afflux de patients Covid.

Plus de lits pour les patients Covid-19

Dans un hôpital parisien, relate Franceinfos, 19 lits de réanimation sur 20 sont occupés par des patients Covid. 40% des interventions ont déjà été déprogrammées. Mais, il faut aller plus loin, demande l’Ars. C’est-à-dire, fermer les blocs et ainsi bénéficier du personnel qui y travaille (infirmières, réanimateurs), déprogrammer des patients de chirurgie, de médecine. Car, en Ile-de-France notamment, la situation continue à se dégrader et les hôpitaux publics et privés reçoivent de plus en plus de malade Covid-19.

De leur côté, les associations de patients tirent la sonnette d’alarme devant ces nombreuses déprogrammations d’opérations et de soins pour les autres malades, qu’ils estiment être des victimes « collatérales » de l’épidémie de Covid-19. Et, toutes les pathologies sont concernées, le cancer, les maladies cardiaques, mais aussi les greffes rénales qui ont baissé considérablement depuis le début de la pandémie.