Fermeture des restaurants et salles de sports à Marseille et en Guadeloupe, 69 territoires classés en “zone d’alerte renforcée”… Le Ministre de la santé Olivier Véran a présenté lors de son point hebdomadaire de nouvelles mesures face au rebond de l’épidémie.

« La situation continue globalement de se dégrader, et la circulation du virus atteint dans certains territoires des niveaux tels que les conséquences sanitaires, et en particulier le niveau de tension hospitalière, que nous mesurons déjà et auxquels nous devrons faire face dans les prochaines semaines exigent que nous prenions des mesures supplémentaires. Nous ne le faisons pas de gaieté de coeur. Nous le faisons parce que c’est nécessaire, et c’est d’ailleurs ce que font également nos voisins en Europe» a introduit Olivier Véran lors de son point hebdomadaire.

La situation aujourd’hui

La circulation du virus continue à augmenter fortement. Le taux d’incidence, qui compte le nombre de nouvelles contaminations par semaine, est en hausse constante : il était la semaine dernière de 83 cas pour 100 000 habitants, nous sommes désormais à 95 cas, et bientôt 100 cas. 

La part des patients Covid-19 dans les services de réanimations augmentent, elle a atteint les 19 % au niveau national. Aujourd’hui, sur le plan national, il y a 951 patients Covid-19. La situation est préoccupante également dans les services d’hospitalisation, avec un total de 5796 patients hospitalisés.

«Cette évolution, si nous ne prenons pas des mesures rapidement, entrainera une situation critique dans les régions les plus touchées en quelques semaines. Car nous ne sommes pas dans la même situation qu’en mars : nous devons éviter de « déprogrammer » massivement, car nous devons préserver les soins de nos concitoyens qui parfois avaient retardé leur soin pendant la période de confinement». a estimé le ministre.

Une stratégie territoriale

Ce dernier a pris la décision de développer une stratégie territoriale : «Tout simplement parce que le virus circule plus ou moins vite, plus ou moins intensément sur les territoires. Cela nous permet donc, sur chaque territoire, de prendre des mesures adaptées en fonction de la situation». Celles ci sont mise en place avec les élus locaux, les préfets, les Agences régionales de santé. Pour classer les départements et les territoires, le Ministre se fonde sur trois indicateurs clé dans cette phase de l’épidémie : 

– Le taux d’incidence qui mesure l’intensité de la circulation du virus donc le nombre de malades 

– Le taux d’incidence pour les personnes de plus de 65 ans, qui mesure l’intensité de la circulation dans cette population à risque, dont on sait qu’elle est plus touchée par les formes graves de la maladie 

– Enfin la part des patients COVID dans les réanimations, qui reflète l’impact de l’épidémie sur notre système de santé.

Trois zones d’Alerte sont définies

Pour chacune de ces zones, des mesures adaptées sont prises par les préfets en concertation avec les élus locaux. Ces mesures sont prises pour 15 jours mais sont naturellement réévaluées en fonction de l’évolution de la situation. 

La « zone Alerte »

Le virus circule nettement. Ce sont les départements et territoires dans lesquels le taux d’incidence est supérieur à 50 mais sans circulation intense chez les personnes âgées et sans à ce stade d’impact fort sur les réanimations. 

Pour ces 69 départements, le préfet est habilité à prendre les mesures qui lui semblent pertinentes. Seule une disposition sera désormais imposée à tous ces départements : les fêtes – mariages, tombolas, évènements associatifs, fêtes d’anniversaire, communions, etc. devront se tenir en petit comité – c’est-à-dire à moins de 30 personnes. Les salles polyvalentes, les salles des fêtes et autres établissements recevant ce type d’évènements devront respecter cette jauge. 

– La « zone Alerte renforcée »

La zone « alerte renforcée » est caractérisée par une circulation très intense du virus dans la population générale mais surtout le fait que cette circulation commence à toucher les personnes âgées.

Les mesures qui s’appliqueront à compter de samedi, et à l’issue d’une concertation entre le Préfet les élus locaux, sont : 

  • L’abaissement de la jauge des rassemblements à 1000 personnes, sous réserve que les protocoles sanitaires soient strictement respectés 
  • L’interdiction des grands événements déclarés comme les fêtes locales ou les fêtes étudiantes et des rassemblements de plus de 10 personnes dans l’espace public : plages, parcs, etc. 
  • La fermeture anticipée des bars, l’horaire de fermeture étant décidé par le préfet. Cette mesure entrera en vigueur lundi, pour laisser le temps utile à la concertation. En tout état de cause, ils ne pourront rester ouverts après 22 heures. 
  • La fermeture des salles de sport et gymnases. En effet, ces espaces confinés, où les gens transpirent et ne portent pas de masques, sont des lieux de contamination importants. 
  • La fermeture de toutes les salles des fêtes et salles polyvalentes pour les activités festives et associatives. Cette dernière mesure entrera en vigueur lundi. 

Si leur situation ne s’améliore pas, d’autres agglomérations pourraient-elles aussi passer dès la semaine prochaine en alerte renforcée. Il s’agit notamment de Tours, Strasbourg, Clermont et Dijon. 

La « zone Alerte maximale »

La situation épidémique est extrêmement tendue et a des conséquences lourdes sur le système de santé. 

  • Un taux d’incidence de plus de 250 cas pour 100 000 habitants dans la population générale 
  • Un taux d’incidence de plus de 100 cas pour 100 000 habitants chez les personnes âgées 
  • Enfin, un impact significatif sur les réanimations : c’est-à-dire quand plus de 30 % des lits de réanimation disponibles sont occupés par des patients atteints de COVID.

Sont concernées par ce passage en alerte maximale la Guadeloupe et la métropole d’Aix-Marseille. 

Pour répondre à cette situation, de nouvelles mesures s’appliqueront à partir de samedi, à l’issue d’une concertation entre le Préfet et les élus locaux.

  • Fermeture totale des bars et restaurants ; 
  • Fermeture des établissements recevant du public sauf s’il existe un protocole sanitaire strict déjà en place. A ce titre, les lieux culturels comme les théâtres, les musées et les cinémas ne sont pas concernés compte tenu des protocoles sanitaires existants. 

Si cette dernière zone d’alerte devait être dépassée, au regard de la saturation du système de santé, le territoire passerait en Etat d’urgence sanitaire.

Partout

  • Le télétravail doit être favorisé autant que possible, en particulier pour les personnes vulnérables.
  • Les rassemblements privés doivent être limités. Tous les contacts sociaux sans masques dans les espaces clos, que ces espaces soient publics ou privés, doivent être évités au maximum. 
  • Les personnes âgées à domicile sont appelées à se protéger particulièrement en adoptant des gestes barrière renforcées, sans se mettre à l’écart. Si vous êtes isolés, contactez votre mairie, ou le numéro d’écoute et de lutte contre l’isolement de la Croix Rouge : 09-70-28-30-00. Nous avons tous une responsabilité collective pour que nos proches, nos voisins ne restent pas isolés, en se protégeant.

Enfin, quelle que soit la zone concernée, les enterrements ne sont pas concernés par une restriction ou une interdiction.

Les aides réactivées

Les entreprises qui cesseront leurs activités comme les restaurants de Marseille, les clubs de sport, etc., seront financièrement soutenues. L’ensemble des dispositifs qui ont été mis en place au moment du confinement leur seront de nouveau ouverts (fonds de solidarité quel que soit le secteur d’activité, exonération des cotisations sociales, activité partielle sans reste à charge pour l’employeur).