Les collègues c’est la santé, pourrait-on dire des résultats de l’étude tout juste publiée par l’Ifop. A condition que les échanges avec eux se fassent en face à face, et sans qu’ils ne dépassent les 10 par jour. Explications.

Les interactions entre collègues de bureau auraient-elles un lien avec le bien-être au travail ? C’est en tout cas, la question que s’est posée l’Ifop pour la Société foncière lyonnaise (SFL) et dont les résultats viennent d’être publiés. D’après cette étude menée auprès de 1600 salariés de bureaux franciliens, la qualité des relations avec les collègues est le critère qui prime pour le bien-être au travail et la performance, devant la rémunération, la taille de l’entreprise, le temps de trajet….

Qualité des interactions

68% des personnes interrogées ont des interactions avec plus de 10 personnes au cours d’une journée de travail. Ce qui n’empêche pas 6 salariés sur 10 de déclarer se sentir parfois isolés dans leur entreprise. Pour une personne sur 4, ce sentiment revient même souvent. Ce qui génère des effets négatifs notamment sur la performance ou la sérénité (40% des personnes qui se sentent souvent isolées craignent 20 fois plus souvent d’être licenciées).  

Face-à-face plutôt que mail ou téléphone

C’est qu’en effet, toutes les relations ne se valent pas que que trop d’interactions peut être nuisible. Plutôt que les interactions téléphoniques ou email, rien ne vaut un bon échange… en face à face. 77% des personnes interrogées préfèrent échanger avec leurs collègues « en vrai ». Et les salariés qui ont plus de 3 échanges en face à face par jour avec des collègues ont moins de chances de se sentir isolés. A contrario, plus de 20 échanges, va conduire à une baisse de qualité et de la performance des salariés, toujours selon l’étude du fait de tensions exacerbées et de difficultés de concentration.  

Pour résumer, avoir entre 3 et 10 interactions avec ses collègues de bureau, en face à face, au quotidien réduit le sentiment d’isolement et participe au bien-être au travail.