Navigation article

14 mai Journée européenne de l'Accident Vasculaire Cérébral (AVC)
Santé

14 mai : Journée européenne de prévention des Avc

L’accident vasculaire cérébral (Avc) touche une personne toutes les quatre minutes. Et laisse 60 % des personnes avec des séquelles. Pourtant, en adoptant des habitudes de vie saines, on peut réduire de 80 % le risque de subir un premier Avc.

En France, chaque année, les accidents vasculaires cérébraux (Avc) touchent environ 150 000 personnes, c’est-à-dire une personne toutes les quatre minutes. 3 000 personnes en décèdent, 60 % ont des séquelles. L'Avc survient à la suite de l’obstruction ou de la rupture d’un vaisseau sanguin dans le cerveau. L’apport en oxygène et en nutriments est donc stoppé, ce qui endommage les tissus cérébraux. L’Avc constitue la première cause de handicap acquis de l'adulte et l'une des principales causes de mortalité en France. 

Selon le « Guide de prévention de l’accident vasculaire cérébral » publié par l’American Heart Association, en 2011, les personnes adoptant des habitudes de vie saines peuvent réduire de 80 % leur risque de subir un premier Avc par rapport à celles qui négligent les facteurs de risque.

Hygiène de vie saine

Quels sont ces facteurs de risque ? Les deux principaux sont l’hypertension et l’hypercholestérolémie. Les autres facteurs sont le tabagisme, l’obésité, la mauvaise alimentation, la sédentarité, le stress chronique, l’excès d’alcool ou de drogues dures, comme la cocaïne; la prise de contraceptifs oraux (surtout dans le cas des femmes qui sont à risque et qui ont plus de 35 ans) et l’hormonothérapie de remplacement administrée au moment de la ménopause. 

Surveillance médicale des personnes à risques

Pour prévenir l’Avc, il faut donc ne pas fumer, éviter les excès d’alcool, pratiquer une activité physique régulière comme la marche, maintenir un poids santé et surveiller son alimentation, en privilégiant les régimes pauvres en sel, et les aliments riches en potassium en particulier. 

En plus d’adopter des conditions de vie saines, la prévention passe par la surveillance médicale (consultation régulière chez le médecin pour les personnes ayant des antécédents familiaux d'Avc, comme les diabétiques, les malades cardiaques, cas d’Avc dans la famille... )  la réalisation de bilans lipidiques sanguins, la vérification régulière de la tension artérielle et de la glycémie. 

 

Alexandra Luthereau,

Vos réactions

Dans la même rubrique

Santé

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction