Depuis sa création, la Maison de la construction navale de La Ciotat remonte le temps. Elle retrace, archive et partage l’histoire des chantiers navals de la commune et, à travers eux, du développement de la ville portuaire tout entière. Un peu à l’étroit dans ses anciens quartiers, la voilà qui vient de remonter le quai. Expositions, projections et conférences occupent désormais fièrement les quelque 240 m2 de l’ancienne capitainerie.

« Nous détenons une collection de plusieurs centaines d’objets issus des chantiers et accueillons près de 15 000 personnes chaque année. Ce nouvel espace nous permet de le faire plus sereinement », confie Marcel Dauba (à droite sur la photo), président de la structure.

D’une pièce à l’autre, les visiteurs peuvent tour à tour se pencher sur la maquette du site à son heure de gloire, poser le regard sur l’installation immortalisée d’une hélice, ou encore s’arrêter pour découvrir  les multiples secrets du métier de 
traceur de coques.

Au plus fort de leur activité, les chantiers navals ont employé jusqu’à 7 500 personnes. Pour Marcel Dauba et son équipe, préserver cette mémoire est indispensable pour « comprendre d’où l’on vient ». Des visites offrent également la possibilité de découvrir de vieilles infrastructures et une nouvelle activité de réparation de haute plaisance. Un patrimoine que l’ancien charpentier est très fier de pouvoir transmettre aux nouvelles générations… avant qu’il ne soit trop tard. D’ici à trois ans, les vestiges disparaîtront pour laisser place à un deuxième ascenseur à bateaux.   

Laureen Borghese