Alimentation, sport, obésité, les nouvelles priorités du gouvernement

Le Comité interministériel pour la santé (Cis), présidé par le Premier ministre Edouard Philippe, a réuni 12 ministres sur les thématiques de la prévention et la promotion de la santé. Il a annoncé sa volonté d’axer ses priorités sur l’activité physique, l’alimentation et la lutte contre l’obésité.

L’alimentation et l’activité physique sont des facteurs reconnus de bonne santé. Elles sont les meilleures armes contre des maladies chroniques. Or, en France aujourd’hui, près de la moitié des adultes et 17 % des enfants sont en surpoids, avec respectivement 17 % et 4 % de taux d’obésité. De nombreuses personnes âgées souffrent de dénutrition, particulièrement en institution ou à l’hôpital. Les problèmes cardiovasculaires, les cancers et le diabète de type 2 sont également fréquents. Pour répondre à cet enjeu, le Gouvernement se fixe des objectifs d’ici à 2023 pour son action globale sur l’alimentation et l’activité physique.

– Diminuer de 15 % l’obésité et stabiliser le surpoids chez les adultes.

– Diminuer de 20 % le surpoids et l’obésité chez les enfants et les adolescents.

– Réduire le pourcentage de personnes âgées dénutries vivant à domicile ou en institution de 15 % au moins pour les plus de 60 ans et de 30 % au moins pour les plus de 80 ans.

– Réduire de 20 %, le pourcentage de malades hospitalisés dénutris à la sortie d’hospitalisation.

Alimentation

Il s’agirait d’améliorer la qualité nutritionnelle des aliments transformés en promouvant le Nutri-score, de réduire la consommation de sel de 30 %, de protéger les enfants et les adolescents d’une exposition à la publicité pour des aliments et boissons sucrées. Un effort devra être envisagé également du côté de la restauration collective. En 2020, la Journée nationale « Les Coulisses de l’alimentation » sur le modèle des Journées du Patrimoine sera instaurée. Enfin, l’obligation de don des invendus alimentaires à la restauration collective et aux industrielssera instaurée et les dons seront favorisées

Activités physiques

Les activités physiques et sportives des enfants, des jeunes et des étudiants dans tous les temps éducatifs seront développées; Idem dans le milieu professionnel et auprès des seniors. L’activité physique adaptée auprès des malades chroniques et le sport sur ordonnance seront aussi encouragés. Des maisons sport-santé seront labelisées.

Obésité

Les personnes obèses ou à risque d’obésité devront être repérées plus précocement et orientées en amont vers des équipes compétentes. Dès 2020, l’activité de chirurgie de l’obésité sera soumise à une autorisation selon des critères de qualité. Les centres spécialisés de l’obésité (Cso) seront renforcés dans leur rôle d’animation et de coordination dela filière de soins ainsi que d’appui des professionnels. D’ici à2022, des expérimentations innovantes en direction de publics ciblés seront déployées auprès des enfants de 3 à 8 ans à risque d’obésité (« Mission Retrouve ton cap »), et les adolescents atteints d’obésité sévère.

D’autres mesures devraient aussi être mise en place en 2020

Faciliter l’accès pour tous aux tests rapides d’orientation diagnostique (Trod) pour l’angine.

–  Permettre des prescriptions de prévention en médecine scolaire.

–  Faciliter l’accès aux dépistages organisés des cancers pour les personnes en situation de handicap hébergées en établissement.

– Instaurer un « rendez-vous prévention » au moment du passage à la retraite.

Une question reste en suspens et pas des moindres : quelle sera l’envergure donnée à ces mesures et comment seront-elles financées ?