Julien Lauprêtre est une figure historique de la solidarité. Président du Secours populaire français (Spf) depuis l’année 1985, il reste, à quatre-vingt-onze ans, un infatigable protecteur des plus démunis. 

Né en janvier 1926, Julien Lauprêtre est un enfant du Paris populaire. De son père, cheminot et militant Cgt, il hérite l’esprit d’engagement qui l’amènera à entrer dans la Résistance. Il passera d’ailleurs le Noël 1943 en prison : « Le seul de mon enfance dont je me souvienne encore en détail », dit-il. Devenu permanent du Parti communiste après la guerre, il est nommé secrétaire administratif du Secours populaire français en 1954 et secrétaire général, un an plus tard. L’association défend alors principalement les « victimes politiques ». 

Julien Lauprêtre va élargir le champ d’action humanitaire. Cela se traduira par la récupération des surplus alimentaires des coopératives agricoles au profit des plus pauvres, par la création de la Journée des oubliés des vacances, la chasse aux oeufs de Pâques et les fameux Pères Noël verts… « Les premiers ont été lancés en 1976, raconte-t-il, et j’ai encore en tête ce gamin qui m’avait lancé : “ Il est beau ton Père Noël, mais il n’est pas mûr ” ! » 

L’effet de surprise est passé, mais la couleur verte, symbole d’espérance, reste d’actualité. Chaque année, le Spf offre un Noël de fête à plus de 150 000 enfants, 180 000 familles et 18 000 personnes âgées. « Nos Pères Noël vont là où le vrai ne peut passer, ajoute Julien Lauprêtre. Bien sûr, il faut être solidaire toute l’année, mais il est encore plus douloureux d’être pauvre dans les moments où tout le monde fait la fête. » 

Jouets, produits alimentaires de fête, vêtements chauds ou quelques euros… les hottes des Pères Noël verts attendent vos dons. « Des ateliers nous permettent de retaper les jouets d’occasion, mais les neufs sont évidemment préférables, tient à préciser Julien Lauprêtre. Evitons à ces gosses, souvent mal logés, mal vêtus et qui ne mangent pas toujours correctement, la double peine de se voir offrir un jouet défraîchi… » 

Solimut Mutuelle de France s’engage

En novembre 1990, les Mutuelles de Provence (futures Solimut Mutuelle de France), organisaient avec le Spf un convoi humanitaire à destination des camps de réfugiés du Sahara occidental. Depuis, le lien ne s’est pas rompu. « Nous partageons avec le Spf l’exigence d’améliorer le système de soins pour faire reculer la précarité, l’exclusion, l’isolement des seniors, les difficultés des personnes handicapées, l’incertitude des jeunes… », souligne Serge Jacquet, président de Solimut Mutuelle de France. Le groupe propose d’ailleurs aux bénévoles et bénéficiaires du Spf un contrat en prévention à tarif privilégié. Pour Noël, des collectes de jouets, de livres et de colis festifs sont organisées jusqu’au 15 décembre dans les agences et, pour les Bouches-du-Rhône, dans les centres de santé. « Dans ce département,  nos liens avec le Spf sont étroits, souligne Myriam Garrassin, coordinatrice des relations militantes de Solimut Mutuelle de France. Le Fonds de dotation a financé 8 Relais santé, qui simplifient l’accès aux soins, à la prévention, aux dépistages, etc. des personnes aidées par l’association. » Débats, ateliers, actions 

de prévention, accès aux droits… des événements sont organisés par Solimut Mutuelle de France pour les bénévoles et les bénéficiaires du Spf. « Pour nombre d’entre eux, tout ce qui n’est pas “ vital ” est secondaire, et la santé n’est pas leur priorité, commente Sonia Serra, membre du bureau national du Spf et secrétaire générale de la fédération Bouches-du- Rhône. Les actions avec Solimut Mutuelle de France sont non seulement utiles au niveau sanitaire, mais en plus elles les replacent dans la vie en société. »