Malgré l’annonce du déconfinement, le moral des Français n’est pas au beau fixe. Beaucoup se sentent tristes, en colère ou déprimés. En cas de symptômes qui persistent, les professionnels de la santé mentale conseillent de ne pas hésiter à consulter.

Se faire aider

Votre premier interlocuteur est votre médecin traitant qui vous orientera si nécessaire vers un spécialiste.

Quelles solutions ?

Les médicaments (antidépresseurs, anxiolytiques…) sont efficaces dans 70 % des cas. La psychothérapie, la sophrologie, l’hypnose, et même les cures thermales peuvent aider à aller mieux. Selon le type de contrat, votre mutuelle peut prendre en charge un certain nombre de séances par an, ou les frais annexes des cures thermales.

Ils vous conseillent

En cas d’urgence : le 15.

  • covidecoute.org, plateforme lancée lors du premier confinement par l’association FondaMental.
  • Psychodon met en ligne sur psychodon.org tous les numéros à l’écoute des malades.
  • Un numéro vert, le 0800 13 00 00, répond aux télétravailleurs qui ont besoin d’aide. (Paris, Lille, Lyon.)

Pour les étudiants

Le 21 janvier dernier, le président de la République a annoncé une mesure « santé, psy, étudiant », pour les aider à surmonter cette période difficile. Elle consiste en des séances avec un psy, prises en charge à 100%. Comment y avoir droit ? L’étudiant doit s’adresser au médecin référent de son université ou à son généraliste. Ce dernier pourra lui prescrire des séances avec un psychologue ou un psychiatre conventionnés. L’étudiant choisit le professionnel de santé et aura droit à 3 consultations de 45 minutes, prises en charge. Il n’aura rien à débourser.

D’autres dispositifs spécifiques sont mis en place. ecouteetudiants-iledefrance.fr (téléconsultations possibles). Et, www.nightline.fr, (un service d’écoute à Paris, Lille et Lyon).

Pour les enfants

A partir du 15 mai, les enfants et les adolescents pourront bénéficier de dix séances chez un psychologue prise en charge à 100% par la Sécurité sociale. Il faudra toutefois, passer chez un médecin généraliste avant pour la prescription.