Une grande étude de l’Inserm démontre que 60 % des patients hospitalisés pour une infection au Covid-19, présentent encore des symptômes six mois après, alors qu’il n’y a plus de traces du virus dans le sang.

Des douleurs, une grande fatigue, des difficultés respiratoires… un calvaire qui dure, après l’infection au Covid-19, pour les malades hospitalisés. L’étude de l’Inserm publiée dans la revue Clinical Microbiology and Infection, conforte les observations déjà mises en avant par les soignants : environ 60 % de ces malades « sont toujours affectés par au moins un symptôme, six mois après ».

Douleurs, fatigue…

Selon cette étude, menée sur un échantillon de 1 137 patients, les symptômes qui persistent le plus souvent sont de la fatigue, des douleurs musculaires et articulaires et une gêne respiratoire. Un quart des patients hospitalisés présenteraient « trois symptômes ou plus », et 2 % ont même « dû être hospitalisés à nouveau », conclut l’Inserm. Ceux qui ont fait un séjour en réanimation paient cher. En effet, les chercheurs ont observé que la persistance de plusieurs symptômes, six mois après l’infection, est plus fréquente chez ces personnes. Différence de genre également, l’étude pointe le fait que les femmes semblent plus à risque de souffrir de symptômes qui durent.

Selon certaines estimations, les formes de Covid long touchent une personne sur dix, y compris des personnes non hospitalisées, qui ont fait une forme légère ou modérée de la maladie.

L’étude souligne aussi que ces Covid longs ont des conséquences plus larges, au niveau économique et social. Parmi les patients qui rapportent des symptômes six mois après avoir eu le Covid, un tiers n’a pas pu reprendre le travail.