Lutte contre les décès évitables : la France en tête des pays européens

Avec « seulement » 23,8 % de décès évitables, la France est en première position en Europe grâce à son système de santé, selon l’étude d’Eurostat.

Une meilleure organisation des soins aurait pu empêcher la mort prématurée de près de 600 000 personnes dans l’Union européenne en 2013, selon l’étude d’Eurostat qui vient de paraître.

La France s’en sort bien

L’étude d’Eurostat, organisme européen de statistiques, dévoile que certains décès, en particulier ceux causés par les crises cardiaques et les accidents cardio-vasculaires, n’auraient pas eu lieu « si des soins de santé efficaces et prodigués à temps étaient en place ».

Avec « seulement » 23,8 % de décès évitables [fn]Le concept de mortalité évitable est basé sur l’idée que certains décès (pour des groupes d’âge et des maladies spécifiques) pourraient être « évités » c’est-à-dire qu’ils n’auraient pas eu lieu à ce stade, si des soins de santé efficaces et prodigués à temps étaient en place.[/fn], la France est en première position des vingt-huit membres de l’Union européenne (qui enregistrent une moyenne de 33,7 % de morts évitables). Et ceci, grâce à son système de soins.

On note en deuxième position le Danemark avec 25,1 % et ensuite la Belgique avec 27,5%.

Ce bon chiffre français s’explique notamment par une prise en charge efficace des crises cardiaques, qui ne représentent que 6 % des décès en France (le taux le plus bas d’Europe, où la moyenne est de 13 %), et des accidents vasculaires cérébraux (Avc) (5,7 %, également le taux le plus bas, contre une moyenne de 8,7 %).

Les parts les plus élevées de décès évitables ont été enregistrées en Roumanie (49,4 %) ainsi qu’en Lettonie (48,5 %), suivies de la Lituanie (45,4 %) et de la Slovaquie (44,6 %).