Patrick Lemoine est psychiatre, docteur en neurosciences et spécialiste du sommeil. Il a publié, avec Boris Cyrulnik, La Folle Histoire des idées folles en psychiatrie (éd. Odile Jacob) désormais en collection poche. L’occasion de faire le point sur la situation de la psychiatrie en France.

Pourquoi avoir décidé l’écriture de ce livre ?

Patrick Lemoine : Avec Boris, qui est un ami, nous voulions raconter l’histoire de cette discipline médicale récente et confrontée à des contradictions, des errements et des impasses. Pendant des siècles, on a pris en charge les fous sans volonté de les soigner. Dans la Grèce antique, ils étaient élevés avec dignité mais, à chaque catastrophe naturelle ou épidémie, on en sélectionnait deux ou trois que l’on juchait sur des chars fleuris et que l’on baladait pour qu’ils absorbent les miasmes de la ville. Le fou a souvent été considéré comme un talisman ou un messager des dieux qui communiquait avec les humains par l’intermédiaire de ses hallucinations. Il peut être aussi bien un bouc émissaire que l’on met à l’écart des cités qu’une personne que l’on intègre comme l’idiot du village. En tout cas, il a toujours eu un rôle social.

A quelle époque «médicalise»-t-on le fou?
P. L. : A partir du XIXe siècle, se produit ce que Michel Foucault a appelé « le grand renfermement ». Il va se développer un réseau d’asiles pour les aliénés (du latin alienus, « étranger », « autre »…). La psychiatrie naît officiellement avec la loi de 1838 que l’on doit à Jean-Etienne Esquirol, qui fixe les règles de l’internement des malades mentaux. Cette loi avait été adoptée avec les meilleures intentions du monde dans le cadre de ce que l’on appelait la « psychiatrie morale ». L’idée était de regrouper les fous à la campagne dans de grands établissements avec des champs, des animaux… C’était une bonne orientation à une époque où les thérapies n’existaient pas. Mais le projet a été rapidement dévoyé. Faute de moyens, les asiles ont commencé à tourner grâce au travail des malades. Les moins atteints s’occupaient des courses, du ménage, de la cuisine. Or, comment appelle- t-on un travail fourni sans rémunération dans le cadre d’un internement d’office ?

De l’esclavage ?

P. L. : Oui. C’était un esclavage pur et simple, des lieux d’oppression qui ont survécu jusque dans les années 1970. Il faut préciser qu’un grand nombre des internés d’office, à l’image de Camille Claudel, n’avaient rien à faire là. Avant l’arrivée des neuroleptiques, la mortalité y était phénoménale et les méthodes terrifiantes. Quand un malade arrivait, on le mettait entièrement nu, on le rasait et on le laissait quinze jours en observation seul dans une cellule. La Seconde Guerre mondiale change la donne. L’expérience de l’univers concentrationnaire rapportée par les rescapés a rendu impossible le maintien des asiles. Ils sont alors remplacés par le système du « secteur », organisation couvrant des territoires d’environ 70 000 personnes et visant à réinstaller les malades dans la cité.

Que pensez-vous de la situation actuelle?

P.L. : Il y a un problème réel. Alors que nous avons trois fois plus de psychiatres que les autres pays du monde, les patients n’y ont pas accès. Dans les centres médico-psychologiques, l’attente atteint plusieurs mois et, en ville, les psychiatres ne prennent pas de nouveaux patients.

Pourquoi ?

P. L. : Parce qu’ils ne font pas le métier pour lequel ils sont formés. On a une Haute Autorité de santé qui nous dit qu’il faut éviter les médicaments en cas de déprime légère ou d’anxiété… Or, seuls les médicaments sont remboursés ! Les thérapies comportementales (désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires [Emdr], hypnose…) qui ont fait leurs preuves dans ces indications sont à la charge des patients, même si certaines mutuelles commencent à les rembourser. Le jour où la Sécu les réglera (bien évidemment en contrôlant et en certifiant les professionnels), ainsi que les consultations de psychologues, nous verrons une baisse du nombre de patients chez les psychiatres. Cela évitera aussi que les généralistes prescrivent à tout-va des médicaments à leurs patients parce qu’ils ne peuvent pas les orienter vers un psychiatre. Ces derniers pourront alors se concentrer sur le cœur de métier, les patients lourds.

A Lire

Patrick Lemoine a publié de nombreux ouvrages consacrés au sommeil et à ses troubles, à l’anxiété et au sevrage des médicaments.

Quelques ouvrages récents :

Le Mystère du nocebo, éd. Odile Jacob, 2011.

Soigner sa tête sans médicaments… ou presque, éd. Robert Laffont, 2014

La Santé psychique de ceux qui ont fait le monde, éd. Odile Jacob, 2019