L’objectif : donner un nouveau souffle à la mutuelle, tout en s’inspirant de la qualité existante. « Le maître-mot est la proximité, explique Marie-Christine Guiseppi, trésorière de Solimut Mutuelle de France. Des salariés et des bénévoles sont à l’oeuvre dans chaque territoire où nous sommes implantés, et déterminent les axes qu’ils souhaitent développer selon leurs propres enjeux : prévention, actions de partenariat, etc. » 

Faire remonter les besoins de chaque bassin de vie, c’est donc offrir aux adhérents la réponse la mieux appropriée à leur situation personnelle, grâce à l’appui des partenaires, mais aussi d’éléments objectifs comme les diagnostics territoriaux de santé menés par les agences régionales de santé, les conseils régionaux ou la mutuelle elle-même. « Montreuil ne rencontre pas du tout les mêmes problématiques que Menton ! Même si la mutuelle offre les mêmes prestations et les mêmes droits, le Projet Santé permet d’être au plus près des besoins des personnes », poursuit Marie- Christine Guiseppi. 

Plusieurs projets sont d’ores et déjà en réflexion pour 2019, comme celui de la nouvelle agence moderne et digitale de la mutuelle à Nice, dans les Alpes-Maritimes : un endroit connecté, avec de nombreux outils numériques, pour apporter des réponses rapides aux adhérents. « Nous voulons également en faire un lieu de vie, précise la trésorière, avec des activités en lien avec nos partenaires, comme des ateliers de formation sur ordinateur, des réponses à des besoins liés à la parentalité… L’objectif final est de faire de nos adhérents les ambassadeurs militants de la mutuelle ! » 

Solimut Mutuelle de France est présente sur les réseaux sociaux afin de délivrer l’information la plus pertinente à ses adhérents, le plus rapidement possible. « Sur Facebook et Twitter, nous postons les événements que nous organisons ou auxquels nous participons, mais aussi nos prises de position relatives au Plfss ou à la politique sociale. Nous disposons aussi de Solimag, un magazine disponible sur notre site Internet, qui traite notamment du Projet Santé. » 

L’Ile-de-France est aussi une zone de développement privilégiée pour la mutuelle. « Nous venons signer avec la mairie de Montreuil pour couvrir les populations de cette ville de la banlieue parisienne*, dévoile la trésorière. Nous ne pouvons pas être une grande mutuelle si nous ne nous intéressons pas aux grands bassins de population. »

Caroline Albenois

Encadré 

A Montreuil, on est bien couvert !

C’est la première fois qu’une ville de plus de 100 000 âmes se dote d’une mutuelle pour ses habitants. Selon Patrick Bessac, maire de Montreuil (Seine-Saint-Denis), « cela répond à la longue tradition de la cité, qui après ses centres de santé et ses services, apporte une nouvelle offre à ses citoyens. […] Le choix d’une mutuelle n’est pas anodin. L’idée d’union et de mutualisation permet de construire bien plus que ne le permet l’adhésion individuelle ». La convention entre la mairie et la mutuelle a été signée le 24 septembre par le maire, avec Florian Vigneron, adjoint aux affaires sociales et vice-président du Ccas, et Carole Hazé, présidente de Solimut Mutuelle de France. 

Pour elle, « les mutuelles communales portent en elles une véritable vision de la société. Il ne s’agit pas de se limiter aux remboursement de frais de santé, mais de travailler à des actions de sensibilisation et de prévention populaire ». 

De beaux chantiers en perspective…  

 

 

 

 

 

Caroline Albenois 

* Lire ci-dessous.