Ils sont originaux, colorés, mais aujourd’hui, les masques « faits maison », sont jugés « insuffisamment filtrants face à l’apparition de nouveaux variants plus contagieux du coronavirus », explique le Haut conseil de la santé publique (Hcsp), qui recommande d’éviter leur utilisation ainsi que ceux vendus dans le commerce, qui sont de catégorie 2.

Pour lutter plus efficacement contre la propagation des variants de la Covid-19, de 50% plus contagieux, le port du masque artisanal n’est pas recommandé car considéré comme moins filtrant.

Quel masque porter ?

Fini les jolis masques colorés « fait maison » ? Oui, semble répondre les autorités sanitaires qui conseillent aujourd’hui, de porter deux types de modèles : les masques chirurgicaux (issus du monde médical, avec une face bleue et une face blanche), qui filtrent au moins 95% des particules de 3 micromètres et les masques en tissu industriels dits « de catégorie 1 », qui filtrent 90% des particules. Ceux de catégorie 2 ne filtrent que 70% des particules, ce qui n’est pas assez au vu de l’arrivée des nouveaux variants de la Covid-19, beaucoup plus contagieux.

Enfin, les FFP2 (utilisés à l’hôpital) bloquent 94% des aérosols, les particules les plus fines mais pour l’instant, ce modèle n’est pas d’actualité, en France, dans l’espace public.

Donc, vigilance lors de l’achat des masques. Il faut bien vérifier l’homologation, c’est-à-dire le logo présent sur l’emballage et bien lire la notice.

Les masques en tissu de catégorie 1 sont lavables à 60°, environ 6 fois.

Olivier Véran a annoncé l’envoi de « 45 millions de masques à 7 millions de Français dont la situation ne leur permet pas de s’équiper ».

D’autre part, le gouvernement recommande la distance de sécurité de 2 mètres (et non plus de 1 mètre) en-deçà de laquelle on est considéré comme un cas-contact par l’Assurance maladie, quand on ne porte pas de masque.